Partagez
Aller en bas
avatar
Admin
Messages : 33
Date d'inscription : 25/12/2017
Age : 34
Localisation : Quebec
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.tagtele.com/chaine/Panax/

(D) Contradictions De La Bible/Religion Secrets de bases

le Mar Mar 27, 2018 10:42 am
Je fais ce sujet pour que le monde puissent réalisé a quel poin la religion est imparfaite....
1: Les cheveux long de jesus...

Dans la bible ca dit:...

http://saintebible.com/luke/6-42.htm



================================================
2: Jesus un alcoolique et un gourmand...



================================================
3: Mathieu étais ''Raciste''

================================================
4: (Le pape)...


================================================
5: La violence dans la bible...


Psaume 23

Ezekiel c'est mon préféré il parle que de vengeance...


http://atheisme.free.fr/Contributions/Violence_dans_la_bible.htm
http://jardin.secret.pagesperso-orange.fr/EcritsPolitiquesetPhilosophiques/Bible/VersetsViolentsDeLaBible.htm

================================================
6: Il fallais vénéré une déesse!
Ashera ou Astaroth...


Ainsi, lorsque nous arrivons à la « femme » d’Apocalypse 17,
il est manifeste que – en laissant la Bible interpréter ses propres symboles
– cette femme est, en fait, une Église.
En conséquence, cette Église « assise sur une bête écarlate » (verset 3)
est véritablement une « prostituée » spirituelle.
C'est ce double portrait que dresse l'apôtre Jean dans Apocalypse 17:5 et 6 quand il parle de
"la mère des fornicateurs" (Vénus / Ishtar / Marie)
Et de "la femme enivrée du sang des saints et du sang des martyrs de Jésus" (Némésis).

http://saintebible.com/dar/revelation/17.htm
http://secretebase.free.fr/religions/symboles/fetes/fetes.htm




Musé du louvre (Ishtar)
http://www.louvrebible.org/index.php/louvrebible/default/visiterapide/trone-d-asharte-rubrique-menu-104
https://www.louvrebible.org/index.php/louvrebible/default/rewrite/oeuvre-139/Ishtar-et-le-culte-des-d%C3%A9esses-m%C3%A8res



http://saintebible.com/2_kings/21-3.htm
http://saintebible.com/2_kings/17-16.htm

================================================
Le Spiritisme est mal vue...

Mais sans le spiritisme tu ne trouverais pas dieu!
https://bible.knowing-jesus.com/Fran%C3%A7ais/topics/Spiritisme
Chambres de Raphaël ''Vatican''
Un ''Dieu''... (Homme) avec une boule de cristale et dans un triangle et un cercle...
https://nsm09.casimages.com/img/2018/03/27//18032706220120653515635017.png

http://venuslillith.forumotion.com/t33-dieu-est-une-femme-venus
https://fr.wikipedia.org/wiki/Chambres_de_Rapha%C3%ABl
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/32/Perugino_-_Ceiling_of_the_Room_of_Fire_in_the_Borgo.jpg

Salvator Mundi (Da Vinci)
Jesus avec boule de cristale a la main (Trance)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Salvator_Mundi_(L%C3%A9onard_de_Vinci)
Enoch Gnosis...
https://www.dailymotion.com/video/x46mms3
================================================
Lilith, Demon and first wife of Adam,not Eve, but the Bible Kept It Secret.
Lilith, Démon et première épouse d'Adam,et non Eve, mais la Bible le garde secret.
Même si tu vien d'un molusque dieu t'a tout de même crée
Adam est juste le premier homme a avoir trouvé dieu et ce en même temps la connaissance des armes,connaissance chasse ect et ce en rêve...
Et Astaroth étais sa première femme ''Spirituelle''
Il la trompé avec une blonde Laughing

http://www.disclose.tv/news/lilith_was_adams_first_wife_not_eve_but_the_bible_kept_it_secret/140495
http://secretebase.free.fr/religions/lilith/lilith.htm
Le fruit de la connaissance...
Coupe une pomme en deux...


C'est ca le fruit de la connaissance!
L'occultisme!

================================================
http://secretebase.free.fr/religions/religions.htm
https://saintebible.com/


Dernière édition par Panax le Mer Nov 07, 2018 12:51 am, édité 21 fois
avatar
Admin
Messages : 33
Date d'inscription : 25/12/2017
Age : 34
Localisation : Quebec
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.tagtele.com/chaine/Panax/

Le Sceau Du Roi Salomon / Yeshua

le Jeu Mai 17, 2018 5:38 am
Le Sceau Du Roi Salomon:
King Solomon Ring of Power Prosperity
Il a pactisé avec Yahweh pour avoir ce sceau en rêve et il l'a forgé!
Ceci nest pas le vrais! (Il est au vatican le vrais...)

Un Anneau pour les gouverner tous
Un Anneau pour les trouver
Un Anneau pour les amener tous,
Et dans les ténèbres les lier
https://fr.wikipedia.org/wiki/Anneau_unique
L'histoire du seigneur des anneaux est basé sur l'histoire du sceau de salomon...  Laughing

Le ''T'' au millieu de l'exagramme c'est de signe de Thoth un dieu égyptien...


A écouté pour comprendre ce qui va suivre...


https://nsm09.casimages.com/img/2018/10/25//18102504345921722115961400.jpg





https://goo.gl/k4NqmL

http://secretebase.free.fr/religions/symboles/salomon/salomon.htm
Salomon a vendu son âme a ''Lucifuge Rofocale'' pour ce sceau (Grimoire le dragon rouge)
Et un ange lui a donné le secret en rêve...
Il a fait forgé cette anneau qui pouvais controlé les démons pour batir un empire! (La possession)

===============================================================================================================================
https://youtu.be/LffoDFSLxyQ?t=1m47s
Le Sceau de salomon et jesus...
Ce que j'en déduis...
Est que oui c'est clair que Yeshuah ou Jesus suivais l'enseignement de salomon et qu'il détenais l'anneau!
LE HIC EST!
Que Jesus avais surement ''Le Sceau'' mais, ''Rome/César Augustus/Les Romains'' étais ses pires ENNEMIES...
Ils on pris cette anneau pour instauré leurs pouvoir ''A Rome''!
Crucifié a jérusalem et tout d'un coup rome son pire ennemie devient la plus puissante religion du monde...
C'est devenu le vatican!
A 3:28


Cesar voulais taxé toute la terre!
Je peut te garantir que rome étais son pire ennemie!
Yeshuah a sauté un PLOMB!  Ca c'est clair !
Tu travaille dur toute ta vie et tu n'obtien rien de cette vie la au bout!
Juste de la guerre et de la marde!
Jesus étais CONTRE Rome ''César'',et Il étais surtout contre l'idée des églises!
Enoch Gnosis
https://youtu.be/bccAnorfxvU?t=2m12s
(Et ce que lui vénérais nétais pas cette IDOLE de MARDE!!)

César Augustus
Cétais le Philippe Couillard du 2e siècle

Autrement dit ce sceau n'est pas entre bonne mains...
LE PAPE!
Le Vatican nome cette anneau: L'anneau du pêcheur!
Effectivement mais entre les bonnes mains on aurais la vérité et la PAIX!
http://venuslillith.forumotion.com/t23-l-enfer-satan-le-dragon
Les 2 Poissons représenté Jesus et astaroth!

Page 440
https://www.scribd.com/document/392252850/Les-Confessions-de-Saint-Augustin-tome-1
https://1drv.ms/b/s!Ah4FWFbRHZUFkAsowojc39_nUe1Y
Page 25
https://1drv.ms/b/s!Ah4FWFbRHZUFkAyLNey5hl1RDmoN
https://youtu.be/DPL_SV3n7IU?t=2m59s
==============================================================================================================================
Yahshuah
From Wikipedia, the free encyclopedia
This article is about occultism. For the etymology of the name of Jesus, see Yeshua (name).
The pentagrammaton (Greek: πενταγράμματον) or Yahshuah (Hebrew: יהשוה‎) is a constructed form of the Hebrew name of Jesus originally found in the works of Athanasius Kirchner, Johann Baptist Grossschedel (1619) and other late Renaissance esoteric sources. It is to be distinguished from the name Yahshua found in the works of the Sacred Name movement in the 1960s, though there has been some conflation or confusion between the two. The pentagrammaton Yahshuah has no support in archeological findings, such as the Dead Sea scrolls or inscriptions, nor in rabbinical texts as a form of Joshua. Scholarship generally considers the original form of Jesus to be Yeshua, a Hebrew Bible form of Joshua.[1]

The essential idea of the pentagrammaton is of an alphabetic consonantal framework Y-H-Sh-W-H, which can be supplied with vowels in various ways. (Also, the "W" can be converted into a "U", since the Hebrew letter ו waw writes either a [w] consonant sound — later on pronounced [v] — or a long [u] vowel sound: see Mater Lectionis.)

Contents
1 Renaissance occultism
2 Modern "Divine Name" groups
3 See also
4 References
5 External links
Renaissance occultism

Occultistic pentagram showing the five Hebrew letters of the "Pentagrammaton" from the 1897 book “La Clef de la Magie Noire” by Stanislas de Guaita.

Symbol by early 17th-century mystic Jakob Böhme with names of Jesus, and a derivation of the pentagrammaton from the Tetragrammaton.
The first ones to use a name of Jesus something like "Yahshuah" were Renaissance occultists. In the second half of the 16th century, when knowledge of Biblical Hebrew first began to spread among a significant number of Christians, certain esoterically minded or occultistic circles came up with the idea of deriving the Hebrew name of Jesus by adding the Hebrew letter shin ש into the middle of the Tetragrammaton divine name yod-he-waw-he יהוה to produce the form yod-he-shin-waw-he יהשוה.

This was given a basic Latin transliteration JHSVH or IHSVH or IHSUH (since there was no letter "W" or sh / [š] sound in Latin, and "I" and "J" were then not yet clearly distinguished as letters of the alphabet, nor were "U" and "V"). This could then be supplied with further vowels for pronounceability. It was a coincidence that the first three letters of this consonantal transcription IHSVH etc. were identical with the old IHS/JHS monogram of the name of Jesus (from Greek iota-eta-sigma).

In Renaissance occultistic works, this pentagrammaton (or five-letter divine name) was frequently arranged around a mystic pentagram, where each of the five Hebrew letters י ה ש ו ה was placed at one of the points (the letter shin ש was always placed at the upward-pointing vertex of the pentagram).[2] One of the earliest attested examples of this diagram is in the Calendarium Naturale Magicum Perpetuum or "Magical Calendar" (published 1620 but dated 1582)[3] of either Theodor de Bry (Flemish-born German, 1528–1598) or Matthäus Merian the Elder (Swiss, 1593–1650).[4] This idea of the pentagrammaton was funneled into modern occultism by 19th-century French writer Eliphas Levi and the influential late 19th-century Hermetic Order of the Golden Dawn. The Golden Dawn favored the consonantal transcription IHShVH or YHShVH, and the pronunciation Yeheshuah.

However, in all early Hebrew or Aramaic sources, the name "Jesus"/"Jeshua" actually appears as yod-shin-waw-`ayin ישוע Yeshua (or as the related longer form of the same name, yod-he-waw-shin-`ayin יהושע "Joshua"; or as the intentionally altered derogatory Talmudic variant yod-shin-waw ישו Yeshu), so that the Renaissance speculations were incorrect. Note that the letter `ayin ע was specifically pronounced as a voiced pharyngeal consonant sound in ancient Hebrew and Aramaic, and could not be easily confused with either a pronounced [h] sound or a silent Hebrew letter he ה.

Modern "Divine Name" groups
Main article: Sacred Name Movement
Some modern religious groups have speculated that the most correct form of the Hebrew name of Jesus should be based on the spelling yod-he-shin-waw-`ayin יהשוע (apparently a reordering of the letters in the Hebrew spelling of the name yod-he-waw-shin-`ayin יהושע, pronounced [yěhōšūǎ`] and usually translated into English as "Joshua", but closely connected with the Hebrew form of the name of Jesus). This Hebrew letter sequence yod-he-shin-waw-`ayin can be transcribed into English in various ways (since Masoretic Niqqud is rejected), including Yahshua, Yahoshua, etc. — see Yahshua.

When a final "H" is added on to these transcriptions (e.g. Yahshuah, Yahoshuah etc.), or when such consonantal transcriptions as YHSWH or YHShWH are used (both quite similar to the old transcription JHSVH, given the differences between the English and Latin uses of the alphabet), then it seems rather clear that there is confusion between the name of Jesus and the Tetragrammaton (whether under the influence of the old occultistic "Pentagrammaton", or independently). The consonantal transcription YHShVH is used both by occultists and Divine Name religious adherents.

https://en.wikipedia.org/wiki/Yahshuah
https://en.wikipedia.org/wiki/Yahshua
https://fr.wikipedia.org/wiki/Yeshoua
https://en.wikipedia.org/wiki/Yeshua
Yeshua Ben Yosef
(Le vrais nom de ''jesus'' le prophète)
(Jesus est le soleil en réalité,la résurection passe par le soleil ''La lumière'' Et le fais d'être sauvé aussi...)
''Sauvé d'icite'' l'enfer!

http://www.1oeuvre-1histoire.com/cornes-moise.html



Dernière édition par Panax le Sam Nov 03, 2018 3:27 am, édité 7 fois
avatar
Admin
Messages : 33
Date d'inscription : 25/12/2017
Age : 34
Localisation : Quebec
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.tagtele.com/chaine/Panax/

Religions/Secret De Base

le Jeu Mai 17, 2018 5:40 am
Ceci est un site internet complet sur la religion et anciene traditions
http://secretebase.free.fr
Sectes et Religions
http://secretebase.free.fr/religions/religions.htm
Les Dieux Créateurs
http://secretebase.free.fr/religions/invention/invention.htm
Renaissance Résurrection
http://secretebase.free.fr/religions/resurrection/resurrection.htm
Le Messie Astrologique
http://secretebase.free.fr/religions/christ-astro/christ-astro.htm
La Genèse Astrologique
http://secretebase.free.fr/religions/genese-astro/genese-astro.htm
Grand secret du Vatican
http://secretebase.free.fr/religions/vatican/vatican.htm
Les Cultes de l'Egypte
http://secretebase.free.fr/religions/Egypte/egypte.htm
Fêtes et Symboles
http://secretebase.free.fr/religions/symboles/fetes/fetes.htm
Noël Soleil Invaincu
http://secretebase.free.fr/religions/symboles/noel/noel.htm
L'Agneau du Soleil
http://secretebase.free.fr/religions/symboles/agneau/agneau.htm
La Main de Dieu
http://secretebase.free.fr/religions/symboles/main/main.htm
Le Lotus Fleur de Vie
http://secretebase.free.fr/religions/symboles/fleurdevie/fleurdevie.htm
Mystagogue et Hierophante
http://secretebase.free.fr/religions/symboles/mystagogue/mystagogue.htm
La Vierge Noire
http://secretebase.free.fr/religions/symboles/viergenoire/viergenoire.htm
Sceau de Salomon
http://secretebase.free.fr/religions/symboles/salomon/salomon.htm
L'Oeil D'Horus
http://secretebase.free.fr/religions/symboles/horus/horus.htm
Le Voile et la Femme
http://secretebase.free.fr/religions/symboles/voile/voile.htm
Gilgamesh et le Zodiaque
http://secretebase.free.fr/religions/gilgamesh/gilgamesh.htm
La Prophetie des Papes
http://secretebase.free.fr/religions/prophetie/prophetiepape/prophetiepapes.htm
Le Culte du Moloch
http://secretebase.free.fr/religions/cananeene/cananeenne.htm
Divine Trinité et l'Arbre de Vie
http://secretebase.free.fr/religions/trinite/trinite.htm
Satan et Saturne
http://secretebase.free.fr/religions/satan/satan.htm
Mystère de la Bible et Jésus
http://secretebase.free.fr/religions/bible/bible.htm
Le Baphomet Bélier de Mendes
http://secretebase.free.fr/religions/baphomet/baphomet.htm
Lucifer Lux Fero
http://secretebase.free.fr/religions/lucifer/lucifer.htm
Lilith la Lune Noire
http://secretebase.free.fr/religions/lilith/lilith.htm
Islam et Muhamad
http://secretebase.free.fr/religions/islam/islam.htm
==========================================
Sectes et Eglises
http://secretebase.free.fr/religions/sectes/sectes.htm
Ordo Templi Orientis
http://secretebase.free.fr/complots/organisations/oto/oto.htm
L'odre de la Rose+Croix
http://secretebase.free.fr/complots/organisations/rosecroix/rosecroix.htm
Les églises évangeliques
http://secretebase.free.fr/religions/sectes/evangelique/evangelique.htm
==========================================
Le Culte Solaire d'Aton
http://secretebase.free.fr/religions/aton/aton.htm
http://secretebase.free.fr/religions/celtes/celtes.htm
La Wicca et les Celtiques
http://secretebase.free.fr/religions/celtes/celtes.htm
Zodiaque Celtique
http://secretebase.free.fr/complots/zodiac/celtique/celtique.htm
La Wicca et le Divin
http://secretebase.free.fr/religions/celtes/wicca/wicca.htm
Krishna et la religion Indienne
http://secretebase.free.fr/religions/krishna/krishna.htm
Kabbale et Rituels
http://secretebase.free.fr/religions/kabbale/kabbale.htm
Mythes de la Création
http://secretebase.free.fr/religions/creation/creation.htm
Dios et Jupiter Zeus
http://secretebase.free.fr/religions/jupiter/jupiter.htm
Dieu et le Nombre d'Or
http://secretebase.free.fr/religions/golden/golden.htm
============================================
LES MYSTERES DU ZODIAQUE
http://secretebase.free.fr/complots/zodiac/zodiac.htm
============================================
Les origines de l'Homme et les Mystères de nos Civilisations
http://secretebase.free.fr/civilisations/civilisations.htm
Sumériens et Babylone
http://secretebase.free.fr/civilisations/sumeriens/sumeriens.htm
L'Egypte ancienne
http://secretebase.free.fr/civilisations/egyptiens/egyptiens.htm
============================================
Voir son Aura
http://secretebase.free.fr/etrange/mystique/aura/aura.htm
============================================
https://gnosticpublishing.org/2016/08/05/le-secret-de-satan/
=================================================
LUCIFERIAN SYMBOLISM
http://www.whale.to/b/symbols_h.html
=================================================
Dieux Égyptiens
https://en.wikipedia.org/wiki/Isis
https://en.wikipedia.org/wiki/Sekhmet
https://en.wikipedia.org/wiki/Hathor
https://en.wikipedia.org/wiki/Bastet
https://en.wikipedia.org/wiki/Horus
https://en.wikipedia.org/wiki/Geb
https://en.wikipedia.org/wiki/Ra
https://en.wikipedia.org/wiki/Thoth
https://en.wikipedia.org/wiki/Anubis
https://en.wikipedia.org/wiki/Set_(deity)
https://en.wikipedia.org/wiki/Osiris
avatar
Admin
Messages : 33
Date d'inscription : 25/12/2017
Age : 34
Localisation : Quebec
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.tagtele.com/chaine/Panax/

Re: (D) Contradictions De La Bible/Religion Secrets de bases

le Jeu Mai 17, 2018 5:42 am
http://secretebase.free.fr/religions/symboles/fetes/fetes.htm
http://secretebase.free.fr/religions/religions.htm
LES FETES ET LES RITUELS

En découvrant et en comprenant les rites et les pratiques de l'Antiquité païenne,
nous retrouverons des analogies et des influences avec le catholicisme.

ORIGINES ANTIQUES

Les fêtes et les mythes ont pour origine les astres, le temps et les saisons. Tout a été modifié avec l'invention des Zodiaques mais il y a toujours des liens avec ce qu'il y avait avant. La fête de Noël comme le jour de " NATALIS INVICTI SOLIS à Rome, existaient déjà chez les anciens peuples. En Egypte, le 25 décembre représentait HORUS qui deviendra le soleil de RE puis le SERPENTAIRE sur sa barque solaire franchissant la porte de SIRIUS guidé par SELKIS (la constellation de la Vierge).

Le signe du SAGITTAIRE (la théière) représentant HORUS sur la barque, le SERPENTAIRE représente l'élévation sur l'écliptique et la transformation entre les deux serpents, d'après les observations dans la nature, les anciens Egyptiens codent une mutation comme un serpent qui change de peau, c'est une transformation mystérieuse.

Sagittaire et Serpentaire sur la Barque Sollaire

Ce HORUS qui n'est aucunement celui de la TRINITE, est le vrai JESUS du 25 Décembre. Tout n'est donc pas faux, mais il y a un lourd manteau à retirer pour voir la lumière et retrouver la source des fêtes et des rituels. C'est à partir de ces anciennes constellations que les Temples vont inventer la nouvelle culture et les nombreuses fêtes astro-théologiques avec pour Dieu le JUPITER - ZEUS que l'on connait aussi sous d'autres noms comme YAVE, ALLAH, MARDUK, etc..

Voir : Des Signes dans les Tombes

ISIDIS DE NAVIGIUM

Le mythe d'ISIS (Aset) n'est pas exclusivement Egyptien. ISIS (ou Aset ou Iset, en Grec) dont le nom signifie " le trône ", est la Grande Déesse de la création, elle a le pouvoir de ressuscité les morts. ISIS devint le symbole de la mère idéale (La Déesse mère) et mère d'Horus, par extension elle fut considérée comme la mère protectrice des Pharaons et du pays.

L'ancienne fête de la ISIDIS DE NAVIGIUM le 5 Mars de chaque année marquait l'ouverture de la saison de navigation avec le lancement des navires, la fête se produisant lorsque ARGO NAVI était visible dans le ciel du sud de l'Egypte. A Rome, la fête est également connu comme PLOIAPHESIA, un fête religieuse en l'honneur de la déesse ISIS qui se tenait aussi le 5 Mars.

Le 5 Mars de chaque année marque la bénédiction des bateaux par la VIERGE MARIE chez les catholiques. Selon Philip Coppens (l'étoile Canopus et le mystère d'Osiris), l'importance de l'étoile CANOPE de la constellation australe de la CARENE était l'étoile polaire il y a 12.000 ans, elle s'est donc déplacée plus au nord avec la précession des équinoxes.

CANOPUS se trouve à peu près au sud de SIRIUS, elle arrive au méridien environ 20 minutes avant de SIRIUS. Quand SIRIUS atteint son point culminant dans le sud, CANOPUS brille environ 40 degrés au-dessous; malheureusement elle est hors de vue pour l'Europe, le Canada et la moitié nord des États-Unis, elle représente les profondeurs de la Terre (les enfers).

La déesse NEITH / ISIS porte le navire, c'est la déesse de la mer AMPHITRIT. Cette fête d'origine égyptienne a survécu à la persécution des chrétiens et marque ainsi la bénédiction des bateaux par la VIERGE MARIE chez les catholiques. Le CARNAVAL avec ses chars de fleurs, ressemble aussi à la fête, et certains spécialistes affirment qu'elle a la même origine. Toutes les religions traversent l'Egypte, berceau de la civilisation. La fête de la mer a donc voyagé jusqu'en Europe.

La Déesse de la mer est sur le sceau du peintre Nicolas Poussin, le symbole de son secret avec la devise " Tenet Confidentiam " (je détiens un secret). Ce navire est aussi une NEF, un grand navire de la fin du Moyen Âge. La NEF fut avec la caravelle, le navire des grands explorateurs voyageant aux Amériques. Elle peut aussi représenter une Eglise qui ressemble à la coque renversée d'un navire.

Quelquefois on place un voile sur sa tête pour indiquer que la nature dissimule à l'homme ses secrets. Comme ses prêtres, Isis était « vêtue de toile », suivant la coutume égyptienne, d'où ses surnoms de linoplepos, linostolos, linigera. Son images gréco-romaine emprunte les symboles à certaines divinités, avec lesquelles elle a été en rapport. Parfois, un jeune garçon (Horus) se tient à ses côtés. C'est la divinité tutélaire qui permet au bien de triompher ; l'homme lui doit la civilisation.

Ce NAVIRE (ou barque solaire) dans le ciel est le CERCUEIL, il voyage dans l'espace et dans le temps en suivant les étoiles et le cycle de la Terre depuis les enfers, c'est à dire le SUD. Symboliquement, NEITH-ISIS avatar de SELKIS et son pouvoir de magie sur la mort, guide le navire dans les étoiles pour le retour de l'élu (ou le Roi). C'est ce que représente les dessins des constellations avant les reforges du ciel.
Voir : La Vierge et les Centaures

FÊTE DE LA LUMIERE

Durant l’hiver, chaque année les hommes attendaient le retour du soleil comme un événement festif, un symbole d’espoir que la vie serait de retour dans le paysage et que les familles prospèreraient à nouveau. Cette »naissance du soleil » est célébré comme solstice d’hiver.

En Egypte, une grande fête nommée FÊTE DES LAMPES a lieu chaque année l'honneur de la Déesse Abeille NEITH. Selon l'historien Grec Hérodote, ses dévots ont alors brûlés une multitude de feux en plein air durant toute la nuit au cours de la célébration. Cette célébration est similaire à la fête des lumières des Juifs ou au feu de la St Jean.

NEITH était une déesse de la guerre et de la chasse et elle avait comme symbole, 2 flèches croisées sur un bouclier, parfois représentée avec une tête de lionne comme sa mère TEFNOUT (l'eau), elle est la déesse de l’inondation. Elle est aussi décrite comme une femme allaitant un bébé crocodile et elle fut nommée " la nourrice des crocodiles ". NEITH est aussi devenue la déesse du tissage et en association avec la mort, on dit que NEITH a tissé des bandages et des haubans portés par le momifié mort comme un cadeau pour eux. C'est ainsi qu'elle a commencé à être considérée comme un protecteur d'un des 4 fils d'HORUS. Elle protégeait le vase de canope des mauvais esprits.

La déesse NEITH était originaire de SAÏS où elle connut un culte important notamment sous la XXVIe dynastie, elle est la déesse principale et SAÏS est son lieu de culte premier car ici elle est l'origine du monde, des prêtres de SAÏS auraient confié à l'Athénien Solon (-640/-558) le secret de l'ATLANTIDE. La ville de SAÏS était une des étapes principales des fêtes liées au couronnement ou au jubilé de Pharaon, la fête-Sed. Un autre sanctuaire est également fréquemment cité par les sources de l'Ancien Empire et du Moyen Empire : le Château de l'ABEILLE. Liée à la virginité (la pureté) l'ABEILLE est également le signe de l’initiation et des aspirations sacrées.

L'ABEILLE est l’image de l’âme dévouée qui vient au monde avec le désir du bien et a envi de trouver le dieu en elle (les momies étaient comparées à des larves d’abeilles et le miel était un des composants de la momification). C’est ainsi que l'ABEILLE prend notion de retour et recommencement.

NEITH deviendra ARTEMIS / DIANA, elle est utilisée comme un principe féminin, mais elle n'avait pas de sexe, NEITH est androgyne, elle symbolise aussi la planète VENUS dans sa course. Sans partenaire masculin, elle renferme, en elle, tous les principes mâles et femelles constituant chaque élément de la nature. N'ayant pas connu de mari et asexuée, elle fut décrite comme la " VIERGE DEESSE MERE ".

Dans le monde indien, la fête de DIVALI (Diwali ou Dipavali), est une fête majeure, elle fait appel à de nombreux mythes et légendes de l'hindouisme, se rapportant principalement à Vishnu et à son épouse Lakshmi, c'est celle des lumières. Indissociable de la grande fête de Dussehra, qui a lieu vingt jours avant, elle commémore le retour de Rama à Ayodhya. Ses habitants avaient alors éclairé les rues, où passait le roi, avec des lampes.

La fête juive d'HANOUCCA (Fête de l'Édification ou de l'Encénie) dure huit jours, il y a plusieurs traditions mais c'est dabbord l'éclat des lumières au moment du solstice d'hiver. Ces bougies qui illuminent chaque foyer viennent conjurer la peur que pourrait nous inspirer les ténèbres. Les pratiques et coutumes qui s'y rattachent sont liées au miracle de la fiole d'huile, permettant aux prêtres du Temple de faire brûler pendant huit jours une quantité d'huile à peine suffisante pour une journée.

Voir : Déesse Neith

LA CONFESSION

Chez les Grecs, avant les rites préalables de purification il y avait la confession obligatoire. En recevant la confession des gens, les prêtres renforçaient leur pouvoir sur eux. Par la menace, ils s'assuraient aussi que les mystères du culte ne seraient pas trahis par les initiés. Enfin, ils pouvaient être au courant de toutes les affaires de la cité et tirer de nombreux profits par cette ingérence.

Puis au cours d'un cérémonial de 8 jours, les initiés participaient aux grands mystères : bain rituel dans la mer, procession solennelle, jeûne. Le clergé leur montrait aussi les objets sacrés du culte (reliques).

La dernière étape avait lieu la nuit de "l'Epopteia" (feu éblouissant), pérégrinations de l'âme dans une expérience de mort et de renaissance dans l'immortalité à travers la communion avec les démons et les forces des ténèbres.


LA FÊTE DE NOEL

Aucun passage biblique ne justifie ce choix. Au contraire, la naissance de Jésus a eu lieu pendant que les bergers passaient la nuit dans les champs avec les moutons. Ce n'était donc pas entre décembre et février car les nuits sont trop froides en Judée à cette époque de l'année. De plus, la naissance de Jésus coïncide avec l'époque du recensement romain : les autorités choisissaient toujours une époque de l'année au climat chaud car les populations devaient voyager pour se rendre aux postes de recensement.

On ne trouve pas de fête du 25 décembre dans l'église chrétienne avant le IIIe siècle. Mais cette fête existait déjà dans les religions païennes ! Elle avait lieu pour honorer la naissance du fils de la Reine babylonienne. Cette fête païenne est rentrée dans l'Eglise en l'an 230, le chrétien Tertullien écrit qu'à son époque, les chrétiens ont tendance à se prostituer aux cultes idolâtres.

En Egypte, au solstice d'hiver avait lieu la naissance d' HORUS de la déesse ISIS. On faisait alors une offrande de gâteaux ronds à la déesse égyptienne, que le rite catholique a transformé en HOSTIE solaire

Cette fête avait un caractère astronomique, celui du renouvellement de la course du SOLEIL en fin de cycle, mais surtout il revêtait un caractère religieux : celui de la naissance d'un grand libérateur.

Chez les Sabéens d'Arabie, les peuples adoraient le 25 décembre la naissance de leur sauveur, sous les traits de la Lune. C'est le même culte que les Saxons ont ensuite adopté. Pour eux, la Lune était un mâle et le SOLEIL une femelle. Le 25 décembre, c'était la naissance du Seigneur Lune.

ans les commentaires de Saint Jérôme sur le passage de Esaïe 65:11, il note que la table dressée en l'honneur de Gad et la libation offerte à Mani étaient des pratiques coutumières en Egypte et surtout à Alexandrie : c'était un culte pour la fertilité de la nouvelle année. Gad se rapporte au dieu SOLEIL et Mani au dieu LUNE. Meni, ou Manaï signifie "décompte" en rapport avec les changements de la Lune qui aident à compter les mois (Ps 104:19). Chez les Saxons, l'homme qui présidait au culte de la LUNE s'appelait Mané et aussi Mani.

Que ce soit dans le culte babylonien de BAAL (le soleil est adoré sous le nom du dieu Shamash), ou dans le culte hindou de Surya, ces deux divinités étaient liées au soleil, qui s'incarnait par une naissance terrestre pour soumettre tous les autres dieux ennemis. A Babylone, la fête avait lieu au mois de Thebeth qui est notre mois de décembre. Pendant tout ce mois, on gardait allumées les bougies sur les autels. Cette fête est passée à Rome sous le nom de Fêtes de Saturne, les SATURNALES. A Rome, le 25 décembre était fêté comme le jour de " NATALIS INVICTI SOLIS " (le jour de naissance du soleil invaincu). Sous Caligula, ces fêtes duraient pendant 5 jours de débauche et d'ivrognerie.

L'arbre de Noël de la tradition occidentale se retrouve en Egypte ancienne sous la forme du palmier (image du messie Baal-Tamar), et à Rome sous la forme du sapin (image du messie Baal-Berith). Le sapin de Carinthie, dressé sur la Place Saint-Pierre de Rome, pour la fête de Noël, face à la grande obélisque égyptienne que Néron avait fait installée au centre de ses arènes.

A Rome, le poète Ovide confirme que la déesse médiatrice mère d'Adonis avait été changée en arbre pour enfanter son fils (Ovide, les métamorphoses, X,V). Ce fils, Homme-branche, était symbolisé par une BÛCHE. En étant mis dans le feu, l'Homme-branche renaissait le lendemain comme arbre de vie.

Voir : Symboles de Noël


On retrouve cette BÛCHE, tronc sans branche, entouré par le dieu-serpent ESCULAPE qui rend la vie. Ce serpent est le symbole de la médecine. Il est représenté autour de la bûche et il fait naître un palmier, symbole de victoire du SOLEIL invaincu.

NEMROD, dans le culte babylonien, était le dieu mis à mort et rendu de nouveau à la vie. Sombre parodie de la promesse divine annoncée par les homme de Dieu dans la Bible. L'arbre de Noël, c'est " NEMROD REDIVIDUS ".

Dans les pays anglo-saxons, on embrasse la branche de gui, selon une tradition laissée par les druides. C'est une représentation héritée de l'homme-branche babylonien. Signe de réconciliation entre Dieu et les hommes, le baiser est présent dans le verset biblique du Psaume 85:10-11. Le propre du culte babylonien était de corrompre la pensée de Dieu que les auteurs bibliques annonçaient.

Le grand cycle des fêtes du solstice d'hiver s'ouvre le 1er novembre (Toussaint) pour durer jusqu'au 6 janvier englobant le cycle des 12 Jours qui s'étend entre Noël et l'Epiphanie. C'est une unité de temps sacré qui revient chaque année, comme une transition entre l'ancienne et la nouvelle année : dans ce moment de crise le chaos originel est revécu l'interférence entre le monde des morts et celui des vivants est possible la nature languit...d'où la nécessité de régénérer l'univers par une multitude de pratiques, de coutumes ou de croyances superstitieuses aux racines très profondes et lointaines.

Nombre de religions païennes célébraient le 25 décembre, bien avant l'apparition du christianisme. Certains dieux connus sont supposés être nés pour le solstice d'hiver, comme le mésopotamien MARDUK, l'égyptien OSIRIS, le nordique THOR, le grec DIONYSOS, ou encore MITHRA, dont la religion monothéiste a été un moment rivale du christianisme. N'oublions pas les rites du feu des chamans dans les Grottes du Périgord, les hommes sauvages célébrant les forces primitives dans l'étrange monde de la forêt à l'époque où elle recouvrait une majeure partie de nos terres, les Celtes.

Les Romains, eux, célébraient deux fêtes importantes aux environs du 25 décembre. Les SATURNALES, tout d'abord, dédiées au dieu SATURNE et commémorant un ÂGE D'OR, et qui se déroulaient du 17 au 23 décembre. Puis, plus tard (vraisemblablement en 274 de notre ère), fut introduite la fête du SOLEIL INVAINCU (Dies Solis Invictis). C'est très probablement pour supplanter cette fête que, en l'an 330, l'église romaine a instauré la fête de Noël. Derrière la fête de Noël et le débonnaire Père Noël , parfois purement commercial, il y a un défilé fabuleux de divinités solaires au moment de ce solstice hivernal.

LA FÊTE DE L'ANNONCIATION DU 25 MARS

La fête de l'Annonciation du 25 mars se célèbre dans le culte catholique romain en souvenir, dit-on, de la conception miraculeuse du Seigneur dans le sein de la Vierge, le jour où l'Ange vint annoncer à Marie la venue du Messie. Cependant la Bible ne nous donne pas de date sur la visitation de l'ange.

La date du 25 mars, choisie par la tradition catholique romaine, est la date observée par le culte de la Rome païenne en l'honneur de CYBELE, la mère du messie babylonien. Cette fête se retrouve dans le culte astrologique des Egyptiens : au mois de mars, OSIRIS, dieu souverain de l'au-delà, associé à la figure du SOLEIL, pénétrait la LUNE, symbole de la déesse ISIS, son épouse. Il y avait alors conception par la semence d'OSIRIS (Osiris = He-Siri : la semence et Isis = Hisha (forme grecque) : la femme).

Cependant, OSIRIS représente aussi le PHALLUS de l'AXE DE LA TERRE, tandis que l'oeuf cosmique son les anneaux de la précession des équinoxes en relation avec le Zodiaque. Il y a un donc également un autre culte caché dans le culte ésotérique.

Entre le 25 mars, conception, et le 25 décembre, naissance, il y a 9 mois. La fête du 25 mars (conception) est une fête babylonienne, la fête du 25 décembre (naissance) étroitement liée par le rapport des dates de l'année, a la même origine païenne.

LA FÊTE DE PÂQUES

La fête de Pâques en Avril est pour le Catholicisme romain l'occasion de célébrer de grands rassemblements. En anglais, cette fête porte le nom de "Easter" parce que cette fête remonte directement au culte d'Astarté, appelé "Ishtar" sur les monuments assyriens de Ninive. Le culte de Bel et d'Astarté (Bel et Moloch sont les même divinités, transposées de Canaan en Assyrie) fut introduit en Grand-Bretagne par les druides, "prêtres des bocages".

Le premier mai était encore appelé "Beltane" dans les almanachs anglais du XIXe siècle, époque de Alexander Hislop, l'auteur de cette étude. Les druides se réunissaient en cercle pour partager un gâteau d'avoine et celui qui avait pris une part spécialement marquée de noir, devait sauter à travers le feu. C'était la réplique exacte du culte de Baal à qui on sacrifiait dans le feu une personne tirée au sort.

A l'époque de Tertullien, fin du IIe siècle de notre ère, les chrétiens associaient leur fête de Pâque à la Pâque juive, Pascha, à la date du 23 mars. Il n'y avait pas de période de carême en ce temps-là, selon les écrits de Cassien de Marseille qui datent du Ve siècle.

LE CARÊME
Le jeûne des 40 jours du carême catholique est une fête babylonienne. Un jeûne était observée ches les païens comme préliminaires à la grande fête de Tammuz dont on célébrait la mort et la résurrection. Il y avait d'abord des rites larmoyants, puis des rites de réjouissance. C'est vers l'an 525 après JC que Denys-le-Petit introduisit l'amalgame entre la fête judéo-chrétienne de Pascha et la fête babylonienne du jeûne et du carême de 40 jours.

LES OEUFS DE PÂQUES
Les galettes chaudes marquées d'une croix et les oeufs coloriés figuraient aussi dans les rites chaldéens, exactement comme aujourd'hui chez les catholiques. Les oeufs étaient en usage chez les Egyptiens qui les suspendaient dans les temples pendant les cérémonies.

Nous voyons encore dans l'île Éléphantine (Haute-Égypte), quelques restes d'un temple où fut adorée une divinité que les Égyptiens appelaient KENEPH ou EMEPHE, qui veut dire bienfaisant, et dont ils faisaient la cause éternelle de l'univers. c'est la Déesse NEITH. Elle y était représentée sous la forme humaine, pour marquer son intelligence, androgyne, à cause de son indépendance et de sa nature universelle, un épervier sur la tête, en signe de son activité, enfin avec un oeuf sortant de sa bouche, symbole de la fécondité et de la production.

Voir : Déesse Neith

L'oeuf fut donc de bonne heure et pendant longtemps, honoré d'un culte spécial ; il fut célébré dans les cantiques sacrés, figura en nature dans les cérémonies religieuses, et pour perpétuer le souvenir de ce mythe de la création universelle, on en fit l'objet d'une fête particulière, célébrée chaque année à l'équinoxe du printemps, époque où la nature se reproduit et donne à tous les êtres une nouvelle existence.

Ainsi que nous en instruit Juvénal, à Rome on faisait chaque année, au temps des équinoxes, une hécatombe de cent oeufs, pour purifier l'air et détourner les tempêtes. Pline assure que, de son temps, les jeunes gens attachaient une grande importance à certains jeux cabalistiques, dans lesquels ils se servaient d'oeufs teints de diverses couleurs.

La Vénus de Botticelli : Astarté / Ishtar sort de la coquille (l'oeuf)

Les oeufs magiques sont présents de l'Egypte jusqu'aux rives de l'Euphrate. A l'époque de l'Empereur Auguste, le secrétaire de la Bibliothèque Palatine, l'Egyptien Hyginus, écrit dans ses Fables l'origine de la déesse VENUS (romaine) / ASTARTE (babylonienne) / ISHTAR (sumérienne) : "On dit qu'un oeuf de dimensions extraordinaires tomba du ciel dans l'Euphrate, les poissons le poussèrent jusqu'au rivage, là, les colombes le couvèrent et VENUS en sortit bientôt : elle fut appelée la déesse Syrienne."

C'est de là que vient l'usage des oeufs dans la tradition de la PÂQUES (Easter = Astarté) catholique romaine. Selon Alexander Hislop, l'Oeuf mystique babylonien était une représentation symbolique de l'ARCHE DE NOE pendant le déluge. De l'oeuf / arche sortait une vie nouvelle quand tout avait été détruit. Et comme toutes les choses divines étaient rattachées à la grande déesse ASTARTE, l'oeuf aussi lui fut attribué. L'Eglise catholique romaine récupéra l'oeuf mystique païen : le pape Paul V fit même faire une prière spéciale pour l'oeuf !

Bien loin d'être en rapport avec JESUS, qui jamais, dans la Bible, n'est relié à un quelconque oeuf que ce soit, l'oeuf de Pâques est un sacrifice non-sanglant offert à ASTARTE, derrière laquelle se cache bien-sûr le dragon ancien. ASTARTE - APHRODITE est une figure manipulée de l'Egypte.

Voir : Des Poissons dans le Ciel - La Déesse Isis- Neith

Dans certaines cosmogonies, la grand déesse égyptienne vautour NEKBETH, est la " créatrice " de l'OEUF cosmique avec KHNOUM. L' OEUF est un puissant symbole occulte des gnostiques appelé le KNEPH, il représente une divinité égyptienne, considérée comme la première émanation de l'Être suprême, le bon génie du monde, le Démiurge, la Raison efficace de toutes choses, et l'Architecte de l'Univers.

C'est dans cet aspect que KNEPH - avatar du Bélier KHNOUM - est représenté dans la figure gnostique dépeignant un serpent avec un OEUF dans sa bouche, parfois entouré d'un Ourobouros. Il est également noté que comme la divinité solaire, le KNEPH devient le Christos des Gnostiques avec l'étoile à 8 branches, le double carré étant un symbole de la précession des Equinoxes. C'est aussi l'origine de l'OEUF DE PÂQUES. Ainsi pour le gnostique, l'OEUF est la VULVE de la femme, et l'axe de la terre le PHALLUS de l'homme.


LA FÊTE DE  LA NATIVITE DE SAINT- JEAN

Cette fête, associée au feu et adoptée par le Catholicisme romain tombe à la date du solstice d'été le 24 juin. Il est remarquable de constater qu'en Chaldée, en Syrie et en Phénicie, le solstice d'été était aussi lié à un grande fête en l'honneur de TAMMUZ qui avait donné son nom à ce mois.

A la fin du VIe siècle, quand les missionnaires catholiques sillonnairent les contrées orientales pour faires des prosélytes, ils introduisirent l'amalgame entre cette fête païenne et un événement biblique. C'était là la consigne du pape Grégoire Ier : "Il faut par tous les moyens aller au-devant des païens et les faire entrer dans l'Eglise Romaine" (Bower, Vie des Papes, Vol. 2, p. 523).

Le Catholicisme a associé cette fête païenne à la figure biblique de Saint-Jean le baptiste parce que c'était la seule figure évangélique qui avait une date de naissance liée au mois de juin, 6 mois avant la naissance de Christ. En associant la naissance de Christ au mois de décembre, il était facile de placer celle de Jean Baptiste en juin.

OANNES (DAGON), était un dieu-poisson : il avait permis à TAMMUZ de sortir de l'eau. Chez les Gréco-romains, c'est la figure de BACCHUS qui était l'équivalent de ce Dieu suprême sorti de l'eau. Le nom de JEAN et celui du dieu OANNES furent associés pour séduire les païens et réconforter les chrétiens.

Les feux de la Saint-Jean qui sont le signe caractéristique de la fête catholique, sont aussi le reflet exact du culte de BAAL / MOLOCH. Ces feux sont une tradition introduite en Occident par les druides anglo-saxons (Toland, les druides, p. 107) pour bénir les moissons et sacrifier des animaux en voeu de prospérité. Le culte du feu était aussi présent en Grèce antique, selon l'auteur Pausanias (Liv. II, Corinthiaca, 19) pour rendre hommage à Phoronée, celui qui (comme Prométhée) avait volé le feu aux dieux.

Selon les auteurs antiques Pline et Strabon, les prêtres marchaient sur des cendres et des braises. Virgile parle du même usage au sujet du culte d'APOLLON, dieu solaire. Dans tout le monde païen, le rite de passage sur le feu se retrouve : chez les égyptiens avec le culte de Oris à Saïs, dans les rites vaudous, dans le culte inca, même chez les turcs et les chinois et toujours lors du solstice d'été !

LA FÊTE DE  L'ASSOMPTION DU 15 AOUT

La fête de l'Assomption a été créée par l'église catholique romaine au XIXe siècle pour honorer la vierge Marie immaculée, mère de Dieu. La doctrine qui a fondée cette fête déclare que la vierge Marie n'a pas connu la corruption en chair et en os, mais qu'elle a été élevée au ciel, pour y être investie de la toute-puissance de Dieu. Cette doctrine non-biblique a reçu le sceau de l'infaillibilité pontificale.

Dans le système babylonien, cette doctrine était déjà toute préparée : on y enseigne que le grand dieu BACCHUS descendit en enfer, y arracha sa mère des puissances infernales et l'emporta avec lui en triomphe dans les airs (Apollodore, III, 5). Les chinois possèdent aussi dans leur panthéon le même récit. Ils fêtent cette légende en août avec des candélabres et des lanternes.

Chez les babyloniens, la mère du messie fut associée à la pureté d'une colombe, et dotée de pouvoirs purificateurs. Elle est également invoquée ainsi dans les hymnes des Mystères orphiques. Pausanias déclare (Liv. IV, Messenica, 33) que Proserpine, femme de Pluton, roi des enfers, était adorée comme la Sainte-Vierge, non seulement pure de tout péché mais également née de conception immaculée.

LA PROCESSION DES IDOLES

L'église catholique a souvent recours aux processions des idoles. Le Pape Grégoire le Grand semble avoir été le premier à introduire dans l'église romaine les processions religieuses sur une grande échelle. En 590, Rome souffrait de la peste et ce pape commanda au peuple de se regrouper en 7 groupes par classes d'âge pour marcher dans 7 processions différentes. En portant une statue de la vierge, ils récitaient des litanies pour implorer la clémence divine, et les 7 processions convergèrent vers un même lieu.

Il n'y a pas dans la Bible de procession d'idoles. Dans la Bible, la marche processionelle autour des murailles de Jéricho, et la procession pour ramener l'Arche de l'Alliance à Jérusalem, n'étaient pas liées au culte de Dieu. La première était une bataille dont la tactique avait été commandée par Dieu, l'autre était un transfert ponctuel qui n'implorait aucune demande particulière à Dieu.

Les processions avec des statues sont exclusivement païennes. Le pape Grégoire le Grand ne fit que reproduire un rite qui se retrouve à l'identique dans la Grèce païenne : les Egialéens furent victimes d'une épidémie. Les prêtres déclarèrent que les divinités Apollon et sa soeur Diane avaient été offensées. Ils envoyèrent donc 7 jeunes filles et 7 jeunes gens en procession pour supplier les dieux de revenir chasser l'épidémie.

Ces processions furent renouvelées d'année en année jusqu'au temps de l'auteur Pausanias qui les évoque (Cf Potter, vol. 1, p. 334). Ces "septuple litanies" sont l'origine exacte des 7 processions demandées par le pape Grégoire !

Dès l'antiquité, nous trouvons chez Homère le récit de la procession des matrones de Troie qui se rendirent au sanctuaire de Minerve pour demander le salut de leur cité (Iliade, VI, 5). Les sculptures de Ninive représentent avec éclat les processions d'idoles portées sur les épaules dans la Babylone antique.

L'Egypte connaissait les mêmes pratiques processionnelles : les objets et la statue du dieu qu'on honorait étaient suivis des statues du roi et de ses ancêtres (sur l'illustration, la barque solaire de Ramses II portée par les grands prêtres égyptiens, dans le temple de Ramses II à Abou-Simbel, en Egypte). En Ethiopie aussi, les statues de Jupiter et de Junon étaient transportées en procession (Diodore, Liv. I, 97).

LA SYMBOLIQUE D'UN CULTE PAIEN

En découvrant et en comprenant les rites et les pratiques de l'Antiquité païenne,
nous retrouverons des analogies et des influences avec le catholicisme.

LE CRUCIFIX

Dans le système romain, le signe de la croix et son image occupent une place prépondérante. Rien ne peut être fait sans cette marque, pourtant selon la Bible, la croix du Christ est un "arbre maudit", un signe de malédiction, cette malédiction que Jésus-Christ a portée à la place du monde : Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, quand il a été fait malédiction pour nous; (car il est écrit: Maudit est quiconque est pendu au bois;) Galates 3:13.

Il est avantageux pour la papauté de laisser le Christ cloué en croix : les papes peuvent ainsi prendre sa place dans le coeur des fidèles, se déclarant eux-mêmes "vicaires du Christ" (vicaire = remplaçant). La croix est un objet de malédiction avec lequel le Pape "bénit" les foules.


LA COUPE D'OR

Babylone était dans la main de l'Éternel une coupe d'or, qui enivrait toute la terre
les nations ont bu de son vin, c'est pourquoi les nations sont devenues folles.
Jérémie 51:7

Le calice (du grec Kalus, qui se traduit par coupe) est destiné à recevoir le vin consacré devenu le sang du Christ. Pour symboliser les cultes mystérieux de la Babylone idolâtre, le prophète Jérémie évoque une coupe d'or : cette coupe est fondamentale. Elle fait référence à ceux qui, voulant être initiés aux mystères de la religion des chaldéens, buvaient préalablement des breuvages mystérieux, mélange de vin, de miel, de farine et de recettes secrètes destinées à provoquer une perte de contrôle et à exciter les passions.




L'origine de ces cultes à mystères remontent à Sémiramis, reine de Babylone, qui selon Eusèbe, régnait à l'époque d'Abraham. Licencieuse et adonnée aux excès en tout genre, elle se faisait adorer comme Rhéa, la Grande Mère des Dieux (Cf Hésiode, Théogonie).

Les rites qu'on célébrait à Babylone étaient si odieux que l'historien grec Hérodote en parle comme de la capitale de la prostitution. Pline nous dit que la coupe d'or de Sémiramis pesait 15 talents d'or (1200 livres) et tomba entre les mains de Cyrus le Grand. Sémiramis est le prototype même de la prostituée dont la Bible parle. Le culte de Sémiramis fut transposé en Grèce.

La Diane d'Ephèse, sur l'illustration de droite, avec sa tour sur la tête, est expressement identifiée comme une figure de la Sémiramis antique. Elle aussi avait tous les attributs de la mère des dieux, bien qu'en plus, on la considérait comme une vierge protectrice.


L'auteur Pausanias évoque la statue de la déesse Némésis, adorée à Smyrne comme déesse de la vengeance. Parfois elle était représentée avec des ailes de Cupidon, et passait pour être la déesse de l'amour Vénus. Ceux qui participaient à ses rites initiatiques savaient que Némésis se montrait à eux sous un visage langoureux et libidineux mais qu'elle était redoutable envers quiconque révélait les mystères de son culte. Ceci explique l'analogie qui fut faite entre Némésis, déesse de la vengeance et Vénus, déesse de la licence sexuelle.

C'est ce double portrait que dresse l'apôtre Jean dans Apocalypse 17:5 et 6 quand il parle de "la mère des fornicateurs" (Vénus / Ishtar / Marie) et de "la femme enivrée du sang des saints et du sang des martyrs de Jésus" (Némésis).

L'HOSTIE

Dans la messe catholique, l'hostie a remplacé le pain que le Seigneur Jésus avait utilisé avec ses disciples lors de son dernier repas. Et qui plus est, cette hostie se transforme : au moment où le prêtre l'élève au ciel, au cours de la cérémonie, on déclare qu'elle se transmue en corps de Christ. Le mot "hostie" vient du latin "hostia" qui veut dire "victime". On retrouve l'origine de ce mot dans le français médiéval des XII et XIIIe siècles. Pendant le culte, le curé montre l'Hostie Soleil aux fidèles en la levant des deux mains vers le ciel. Les Ostensoirs (support servant à exposer l'hostie) représentent souvent le soleil.


La forme ronde de ses hosties sacrées a bien-sûr aucune justification biblique, puisque la parole de Dieu ne parle que de pain, sans préciser davantage. Même les prescriptions de Moïse sur le pain de la Pâque juive ne comportent aucune caractéristique particulière sur sa forme. C'est en examinant les autels d'Egypte que nous trouvons la raison de cette attachement à l'hostie ronde. Des gâteaux minces et ronds se retrouvent sur tous leurs autels païens. Ce gâteau Egyptiens en disque arrondi était l'emblême du soleil et on l'offrait à Isis, car elle était la femme d'Osiris, le dieu-soleil, tué par Seth et que sa femme avait ressuscité.

Osiris communiquait la vie aux hommes. L'oracle d'Isis disait: "Nul mortel n'a levé mon voile. Le fruit que j'ai produit, c'est le soleil". (Bunsen, L'Egypte, Vol. 1, p. 386). Isis donnait le pain de vie aux hommes : en échange ses fidèles lui offraient des gâteaux de blé ronds. Les sacrifices avec effusion de sang étaient interdits sur les autels d'Isis en Egypte, et de Vénus à Rome. Tacite le confirme (Histoires, II, 3). Ces déesses étaient les reines du ciel, les mères de miséricorde, les célestes colombes, et le sang était contraire à leur caractère doux et miséricordieux. C'est pour cela qu'on leur offrait des gâteaux de blé.

Symboliquement, avec la modification du culte, cette hostie, gâteau de blé païen, sacrifice non sanglant, place les fidèles dans une réelle communion avec le monde des démons. Elle est la coupe des abominations de la grande Babylone. Tous les peuples communient à cette coupe, la prophétie de l'Apocalypse est donc réalisée.

Clément d'Alexandrie, chrétien du IIe siècle, était déjà convaincu que les rites égyptiens étaient des copies perverties du vrai culte voulu par Dieu. Et il nous dit (Stromata, 7, Vol. III, p. 56) que le blé adoré chez eux était bien l'image du Fils de Dieu, qui vient renouveler la vie des hommes.

Le culte ISIS-NEITH se répandit dans les contrées de Grèce et de Rome et les prêtres païens récupérèrent son culte pour l'associer au culte de la déesse Cérès. Cérès était adorée comme la mère du blé, qui l'avait donné aux hommes.

Son enfant s'appelait HE-SIRI, " la semence ", c'est HORUS, la copie conforme du culte du Baal assyrien dont le nom voulait aussi dire " Le Fils " et " le Blé ". Les non-initiés adoraient Cérès pour le blé matériel, mais les initiés savaient que le vrai culte secret était lié au blé mystique, pain de Dieu.

Les juifs avaient reçu la manne dans le désert, ils l'appelaient le Pain de Dieu, mais les prêtres babyloniens reproduisaient ces croyances à leur façon, inspirés par le dragon ancien ! Les prêtres catholiques présentent à leurs fidèles l'hostie dans un plat circulaire en or, vrai disque solaire par excellence. Jusqu'au jour ou le culte est changé et la femme enlevée du ciel.

LE SIGNE DE LA CROIX

Le signe de la croix n'est aucunenement un symbole chrétien

L'empereur Constantin (païen) ne reconnut le christiannisme que par raison d'état. Il se convertit seulement avant de mourir. On dit qu'en 324, la veille de la victoire au pont de Milvius, contre Maxence, l'empereur Constantin aurait vu dans le ciel le signe de la croix, en présage à la victoire du Christianisme avec le message "Par ce signe tu vaincras !". En étudiant les écrits de Lactance, tuteur de Crispus, fils de Constantin, ("De moribus persecutorum", 44), le signe de croix que Constantin vit n'était pas un T mais le X (lettre Ch grec) du nom "Christ". Ambroise, évêque de Milan le confirme (Ambrosii Opera, Tome IV).

Nous n'avons aucune raison d'admettre que constatntain etait un religieux ou qu'il croyait au christianisme. Il légalise toutes le religions en favorisant le christianisme pour favoriser l'empire. Après la bataille et sa victoire sur maxence, les élites chretiennes lui confirme que son protecdteur est le christ. Que contstantin se convertisse est un evenement extraordianire. la majorité du scénat est paien.

C'est un des tournant extraordianire dans l'histoire du monde. Constantin n'impose pas la religion à ses peuples. il pense sincèrement se rapprocher de Dieu avec sa conversation. Les chrétiens sont minoritaires, mais cela apporte un soutient suplementaire à Constantin. Le christrianisme persécuté dans ses annees 300 avait sur le paganisme une supériorité culturel avant gardiste et très avancé, ce qui donnait un grand pouvoir à Constantin.

Il est aussi question de dignité du trône, un grand empereur doit avoir une grande religion. Megalomane ou grand stratège, il pensait ainsi faire le bonheur de l'humanité et la plus grande révolution depuis Adam et Eve et ainsi entrer dans l'histoire. Constantion assimile le DIeu Solaire au Dieu des Chrétiens, dans l'antiquité les traditions sont proche.

Nous pouvons dire aussi que cette histoire est raconté par Eusèbe (évêque de Césarée), un homme aveuglé par sa foi, lors d'une contreverse avec le savant philosophe grec Porphyre, qui en se basant sur la traduction d'un texte de SANCHONIATHON (cette traduction n'existe plus) par Philon, affirmait que Moise avat copié dans l'Histoire Phénicienne, l'essentiel de ce qu'il avait écrit dans la GENESE.

Eusèbe s'étend sur tout ce qui peut soutenir l'honneur du christianisme, et supprime systématiquement tout ce qui est de nature à le compromettre. La partialité d'Eusèbe de Césaré à l'égard de Constantin est effectivement notoire et il se trouve que la vision et ce prodige de Constantin n'a été conté que par Eusèbe. De plus, Eusèbe n''était pas un proche de Constantin et vivait loin en Orient.

Cette mauvaise matière est allé si loin que les fondements de l'humanité furent condamné.

Voir : Invention des Religions


De plus, l'histoire ne fait donc pas allusion à un signe de croix mais uniquement au nom de Christ. (Sur l'illustration, une médaille commémorative de la victoire de Constantin, frappée par Constantin II, son fils. On y voit le signe en X sur l'étendard).

Dans les catacombes de Rome, on retrouve l'inscription IN HOC VINCES X en rapport avec le récit de Constantin : "tu vaincras par ceci".

La confusion faite entre la croix X de Constantin et la croix T du catholicisme repose selon Tertullien (Apologeticus adv. gentes, Ch. 16) sur la croix en T qui figurait déjà sur l'étendard de la Rome Païenne, le Vexillum, drapeau de la Cité. En effet, la vraie raison du signe de croix pratiqué dans le Catholicisme a ses racines dans le système des Mystères babyloniens. Le paganisme attribuait déjà à la croix des pouvoirs magiques.

La croix catholique n'est pas un emblème chrétien, c'est le Tau mystique des Chaldéens et des Egyptiens, la première forme de la lettre T de Tammuz, le dieu sauveur des Chaldéens. L'étude des monnaies antiques permet de retrouver ce signe cabalistique.

Ce Tau mystique était marqué sur le front des initiés au moment du baptême des mystères païens. Pour identifier Tammuz au soleil, on associait le Tau avec le disque solaire, en deux combinaisons possibles. Le Tau mystique était appelé le signe de la vie : on le portait sur son coeur comme une amulette. Il figurait sur les vêtements officiels des prêtres, comme ceux de Rome. Les rois le portaient à la main comme signe de leur autorité divine. Les Vierges vestales le portaient en pendentif autour du cou, comme les religieuses actuelles.

La croix de Malte que les prélats catholiques ont adoptée sur leurs costumes d'apparat est sans équivoque possible en relation avec le culte du soleil, car ce symbole a été trouvé à Ninive par Layard comme emblème sacré (Layard, Ninive et Babylone, p. 211).

Dans pratiquement toutes les tribus païennes se retrouve le signe de croix : chez les Celtes païens bien avant la crucifixion du Seigneur Jésus. Selon l'archéologue Crabb (Mythologie, p. 163), les druides construisaient des croix et y gravaient la lettre Tau. On la retrouve au Mexique bien avant la conquête catholique.

Le dieu BACCHUS que les Romains ont incorporé dans leur panthéon, mais qui est avant tout d'origine babylonienne est représenté avec une coupe à la main.

Le nom de cette coupe sacrée était KHÛS, symbole de sa filiation avec NEMROD, fils de Cush, le plus grand de tous les dieux chaldéens. Le rameau qu'il tient est aussi symbole de sa filiation. Sur le détail aggrandi de sa tête, à droite, le signe du TAU mystique est bien présent.

Ce signe signifiait que ce dieu était adoré comme le messie babylonien. Sur sa tête, le signe du TAU mystique est bien présent. Ce signe signifiait que ce dieu était adoré comme le messie babylonien.


Dans les religions païennes, la croix n'est pas un arbre de malédiction. C'est la Bible qui en a fait un signe de malédiction à cause de Jésus-Christ crucifié. Dans le monde païen, la croix était le symbole de l'arbre des dieux, de l'arbre de vie qui engendre la connaissance et procure la vie. C'est ce que l'on retrouve dans le culte catholique, qui adore la croix en tant qu'arbre de vie.

Les écrits de Tertullien (De corona militis, III) et les recherches de l'archéologue Wilkinson (Tome X, p. 283) montrent que c'est en Egypte que les communautés chrétiennes ont associé la croix signe de vie avec la croix de la crucifixion de Christ. C'est ainsi que l'adoration de la Crux Ansata d'Osiris (croix ansée d'Osiris) a pénétré dans l'église. Le manque de connaissance a eu tôt fait de créer cet almagame souillé par le paganisme.

LES STATUES HABILLEES

Dieu nous rappelle avec force qu'il juge comme une abomination le culte des images et des pierres taillées. Pourtant, loin de se remettre en question pour cesser une pratique idolâtre qui lui attirera la colère de Dieu, le Catholicisme romain est rempli de sacrifices d'adoration au pied des statues de vierges, de saints, d'anges et de dieux qu'il revêt d'or et de vêtements précieux.

Le Catholicisme aime ses statues, au point qu'il les habille de vrais vêtements, selon une coutume païenne qui occupait une grande place dans le cérémonial de la Grèce ancienne. Pausanias nous raconte les offrandes faites à Minerve par Laodicée, fille d'Agapenor (Pausanias, VIII, Arcadica, 5).

Il s'agissait d'un voile pour en recouvrir la statue. Les inscriptions de la célèbre Pierre de Rosette nous informent que les principaux prêtres grecs étaient seuls admis à rentrer dans la présence des dieux pour en revêtir leurs statues. Celles-ci étaient sur terre le lieu où ces dieux résidaient. Homère aussi, dans l'Iliade (Livre VI) raconte comment Hécube, reine de Troie, vint avec le voile le plus précieux de ses trésors pour l'offrir au temple de Minerve.

Les dieux avaient été victimes de la nudité selon les conceptions du paganisme antique. Ils avaient eux aussi subi le châtiment ancestral de nos parents Adam et Eve, dépouillés de leur gloire par le premier péché.

Hérodote dans ses Histoires (Livre II, 42) rappelle qu'en Egypte, chaque année, on immolait un bélier pour en récupérer la peau afin de revêtir la statue du père des dieux. Le lien avec l'épisode biblique contenu dans la Genèse est évident : Et l'Éternel Dieu fit à Adam et à sa femme des robes de peau, et les en revêtit (Genèse 3:21).

Le propre de la religion babylonienne a été de pervertir toutes les vérités transmises par Dieu aux hommes. A Babylone, la figure divine de Nemrod avait aussi été dépouillée de sa gloire. Il était l'incarnation de ce "père des dieux" dont les prêtres habillaient la statue en signe de triomphe et de gloire. Tous les initiés du culte babylonien devaient, eux aussi, être dépouillés, marcher nus, puis être rhabillés.

LE COURONNEMENT DES STATUES

Lié à Nemrod, premier roi après le déluge, qui fut déifié par les mystères babyloniens. Transposé chez les grecs, c'est Bacchus qui fut le premier dieu à recevoir une couronne (Pline, Histoires Naturelles, Liv. 16). Osiris, en Egypte, possédait également une couronne de trèfle, symbole de la trinité égyptienne (Plutarque, de Iside, Vol. 2). Le trèfle était une plante sacrée symbolisant la trinité des dieux. A tout roi couronné correspondait une reine couronnée. Bacchus couronna sa femme Ariadne dans le ciel (Ovide, les Fastes, VIII, v. 513).

Couronne d'or, couronne de fleurs, la tradition d'offrir des fleurs aux dieux est attestée chez le poète Ovide qui raconte comment Proserpine, cueillant des fleurs, fut capturée par Pluton, le dieu des enfers. La terre se lamenta et perdit sa beauté. Mais le culte de fleurs offertes aux déesses païennes répara cet outrage.

Selon Lucrèce, poète romain, en offrant des fleurs à Vénus, la Rome païenne invoquait l'intercession de la déesse d'amour pour retrouver des bénédictions temporelles. Cependant, le Seigneur Jésus a mis un terme à ces pratiques ostentatoires, quand il a déclaré à la femme samaritaine que les vrais adorateurs de Dieu doivent lui rendre un culte en esprit: Dieu est esprit, et il faut que ceux qui l'adorent, l'adorent en esprit et en vérité (Jean 4:23-24).

ROSAIRE ET CHAPELET

Le Catholicisme encourage le Rosaire, (dont le nom médiéval a pour origine la guirlande de fleurs dont on couronnait la vierge), grand chapelet qui aide à compter une à une les prières que l'on récite en boucle (quinze dizaines d'Ave Maria, séparées chacune par un Pater Noster).

Ces prières répétitives sont contraires à l'enseignement de Jésus et pourtant, nul catholique ne prend garde à ses paroles : "Or quand vous priez, n'usez point de vaines redites, comme font les Païens ; car ils s'imaginent d'être exaucés en parlant beaucoup" (Matthieu 6:7). Cette allusion du Seigneur de prendre garde aux cultes païens est un avertissement puissant : le chapelet, et les vaines redites, étaient déjà en usage dans la plus haute antiquité.

En Grèce antique, la statue de Diane d'Ephèse lui faisait tenir un chapelet dans les mains. Dans la Rome païenne, les matrones portaient un collier de graines qui descendaient sur leur poitrine, comme les rosaires actuels, et son nom explique son usage : Monile (celui qui fait souvenir).

Les Mexicains faisaient usage du chapelet comme d'un instruments sacré (Humboldt, Vol. II, p. 20). Les Brahmanes de l'Hindouisme en font également usage et leurs livres sacrés en parlent sans cesse. En racontant la mort de Sati, femme de Siva, les textes sacrés l'évoquent flottant à la surface de l'eau un chapelet de prière entre les mains. (Kennedy, Vawashi-Puran, p. 332). Dans la Chine bouddhiste, on trouve un chapelet de 108 grains qui fait partie du vêtement cérémonial des Lamas tartares (Sir John F. Davis, la Chine, Vol. 1, p. 391).

Le chapelet est entré dans le rite catholique au cours du XIIIe siècle, lorsque les premiers grands voyageurs occidentaux ont ramené du monde arabe des manuscrits anciens greco-arabes et des rites souillés de paganisme. Comment trouver un meilleur joug sacerdotal que de faire croire aux fidèles que leur salut et leur exaucement dépendent de leurs efforts incessants et non pas de leur simple foi...

LE CULTE DES RELIQUES

L'un des traits les plus caractéristiques du Catholicisme romain est de consacrer des reliques : partout où s'ouvre une chapelle, où se construit une église, il y manque quelque chose si des reliques n'y sont pas présentes pour "sanctifier" ce lieu. Le culte des reliques est entré dans le Catholicisme dès le IVe siècle, pour atteindre un sommet dans leur vénération aux XIIe et XIIIe siècles. Pourtant, dans la Bible la Parole de Dieu nous affirme donc que c'est l'oeuvre du diable de vouloir plonger les hommes dans l'idolâtrie des reliques.

Le culte des reliques est le fondement de ces nombreux pèlerinages que les dévôts catholiques font dans le monde entier. Que ce soit vers Saint-Jacques de Compostelle, ou vers le Saint-Sépulcre de Jérusalem, les pèlerins voient là une manière de se purifier et d'obtenir des grâce particulières de la part de Dieu. Combien ces pratiques sont contraires à l'affirmation biblique que le sang de Jésus-Christ est seul capable de nous purifier de tout péché !

La Grèce ancienne connaissait déjà les croyances superstitieuses aux reliques, et surtout aux ossements des héros déifiés, qui constituaient des formes de piété très populaires. Les oeuvres de Pausanias, historien grec, sont pleines d'allusions à ces rites païens.

Il nous apprend que l'omoplate de Pélops fut désignée par l'oracle de Delphes comme possédant la vertu magique de délivrer les Eléens d'une peste qui les décimait. Cet os fut confié à la garde de l'homme qui l'avait exhumée et à sa postérité (Pausanias, Liv. V, Prio. Eliaca, 13). A Thèbes, ce sont les os du Troyen Hector qui y étaient vénérés sur ordre de l'oracle de Jupiter (Pausanias, Liv. IX, Boeotica, 18).

Osiris, grand dieu égyptien, tué par le dieu Seth, avait vu son corps divisé en 14 reliques qui avaient été envoyées de part et d'autre du royaume d'Egypte pour y fonder des cultes en son honneur. Plutarque raconte comment la déesse Isis, sa femme, se mit à rechercher les reliques de son mari et les retrouva toutes, sauf une, que les poissons avaient mangée. Elle rendit la vie à son mari, qui fut alors adoré comme le dieu ressuscité.

Pour se souvenir de la perte d'un des membres d'Osiris, Isis consacra le phallus de son époux et institua une fête en son honneur ! Plutarque évoque aussi la tradition égyptienne de vouloir se faire enterré dans une terre sanctifié par la proximité des reliques d'Osiris. Les peuples bouddhistes ne sont pas en reste dans le culte des reliques, à l'exemple de la dent de Bouddha, conservée à Ceylan par le Rajah de Devas.

Illustration : Charlemagne offre des reliques à l’Église d’Aix-la-Chapelle. Chartres, cathédrale Notre-Dame

LES LAMPES ET LES CIERGES

Toutes les célébrations du culte catholique ont pour trait commun de devoir être associées au feu, sous forme de cierges ou de chandeliers allumés. Il serait tentant d'y trouver une justification biblique dans l'Ancien Testament où les chandeliers brûlaient dans le Tabernacle de Moïse, puis dans le Temple de Salomon. Dans la Bible, les chandeliers étaient l'image du Saint-Esprit de Dieu, l'Apocalypse nous le confirme.

Pourtant les premiers chrétiens des trois premiers siècles ne s'intéressèrent jamais à ces illuminations cultuelles. Elles étaient pour eux la marque incontestable des cultes païens qu'ils combattaient.

L'écrivain chrétien Lactance écrivait au IVe siècle sur les stupidités contenues dans les rites païens et il se moquait des Romains "qui allument des cierges pour Dieu comme s'il vivait dans l'obscurité" ! (Lactance, Institut. Liv. VI, 2).

C'est donc après Lactance que ces coutumes s'introduisirent dans le Catholicisme. L'allumage des cierges devant les statues d'idoles se trouve dans les écrits de Eusèbe (Vita Constantini, Liv. II, 5). Eusèbe raconte comment Licinius, empereur romain, offrit des cierges à ses dieux pour leur réclamer la victoire face à Constantin. Les processions romaines étaient richement pourvues en illuminations.

Les cierges allumés invoquaient la médiation du dieu babylonien Ouranos, "celui qui éclaire". En adorant ce dieu-soleil, on jouissait de l'illumination du monde matériel, mais aussi de l'illumination des âmes humaines. Ouranos était associé au culte du Messie babylonien Mithra copié sur l'Egypte et la figure de HORUS et de NEITH- ISIS, en effet quand il est un enfant, HORUS a comme friandise des sucettes de MIEL.

Voir : Harpocrate le Signe du Silence


Celui-ci était représenté sous la forme d'un lion, tenant dans sa gueule une abeille . Une abeille se prononçait " Dabar " en chaldéen, et " Dabar " était aussi le mot désignant la Parole.

Les anciens juifs parlaient du messie, La Parole, en utilisant le mot Dabar. L'évangéliste Jean nomme Jésus-Christ, le messie de Dieu : " La Parole de Dieu " qui est la lumière venant dans le monde ! (Evangile de Jean chapitre 1).

Le culte babylonien, perversion du culte voulu par Dieu, honorait donc son propre messie, Mithra, comme la " Parole de Dieu " et les cierges associés à son culte faisant de lui le " Médiateur " qui éclaire les hommes. Ce travestissement est passé dans tous les cultes païens de l'Antiquité. Saturne était honoré de cierges car disait-on " il avait ramené les hommes à la lumière ". Le culte de Diane à Ephèse avait pour emblême une abeille. Son grand-prêtre était appelé Essen " le roi-abeille " (Müller, les Doriens, Oxford, 1830). Le cérémonial des cierges conduit les catholiques dans un culte blasphématoire plus subtil qu'il n'y paraît.

Le cierge est encore originaire de l'Egypte. L''ABEILLE est un des animaux qui est le plus souvent représentés en images et en textes, elle semble être le symbole de la Basse-Egypte et de la royauté, c'est un animal sacré. Le Temple de NEITH est la maison des abeilles, la déesse fait partie intégrande des rituels funéraires qui conduit aux Dieux sous la forme de l'insecte IBAT. Ceux qui portaient des abeilles en bijoux étaient des initiés de NEITH dans le Temple à Saïs " le château de l’abeille " et ses prêtresses se nommaient les abeilles.

L’insecte est présent en Egypte depuis l’époque Nagada (-7000), le miel était considéré comme un produit luxueux qui servait à l’élaboration de parfums d’onguents et de médicaments. Elle est BIT (mâsculin) ou BIA (féminin), on la nomme souvent " mouche à miel " qui était aussi un des noms de BASTET-SEKHMET. Liée à la virginité (la pureté), le MIEL sur la table d’offrandes était un produit de la grande Déesse MÂAT, la cire d’abeille était utilisée dans la magie pour les rites d’exécration tel l’anéantissement des ennemis. L’ABEILLE liée à la virginité est également le signe de l’initiation et des aspirations sacrées, elle représente aussi l'écoulement de l'oeil de RA.

LE SACRIFICE DE LA MESSE

La messe catholique est le culte central du Catholicisme romain. On y présente un sacrifice non-sanglant, en y renouvelant, messe après messe, le sacrifice de Jésus-Christ pour la rémission des péchés Mais sans effusion de sang.

Il suffit aux catholiques de croire que le corps de Christ est à chaque fois présent dans l'hostie consacrée qu'ils mangent et que son sang s'est transmué dans le calice de vin que le prêtre boit après l'avoir élevé au ciel. Si le Christ a réellement réalisé une fois pour toutes le salut de son peuple, pourquoi l'église catholique renouvelle-t-elle son sacrifice lors de ses messes ?

LA TIATRE PONTIFICALE ET LA MITRE EPISCOPALE

Les coiffes des prêtres catholiques sont aussi pleines de signification. Et elles sont complètement anti-bibliques ! Dans le Nouveau Testament, l'apôtre Paul déclare que tout homme qui prie ou qui prophétise la tête couverte se déshonore lui-même.

La tiare pontificale est une triple couronne qui figure sur les armoiries de tous les papes catholiques. Cette triple couronne se retrouve dans le culte babylonien associé au dieu Shamash, dieu solaire, symbole de royauté universelle.

Quand le pape préside une cérémonie en tant qu'évêque de Rome, il se coiffe de la mitre épiscopale. Celui qui se prétend le vicaire (remplaçant) de Christ a bien compensé la simple couronne d'épines que le Seigneur Jésus a reçue en venant sur terre. On retrouve à l'identique cette coiffe religieuse à Babylone, associée au dieu-poisson OANNES / DAGON.

Ce dieu, était une figure païenne de Noé, celui qui avait survécu au déluge. Dans la mythologie babylonienne, il était celui qui avait survécu au déluge grâce à ses vertus aquatiques. C'est lui qui avait recréé le monde vivant. Le dieu OANNES / DAGON habillé d'une peau de poisson dont la gueule ouverte lui sert de coiffe. C'est ici le pendant exact de la mitre épiscopale que les prélats catholiques ont choisie.

Oannes / Dagon / Enlil / El : La constellation du Capricorne

La tête du POISSON avec sa gueule ouverte existait également dans la culte de MITHRA (la religion catholique fut largement inspiré par le mithraïsme) sous forme d’un chapeau, aussi il n’est pas étonnant de trouver ce couvre-chef sur la tête des évêques avec le nom « MITRE » qui provient directement du nom de « MITHRA ». Le mithraïsme eut une implantation particulière auprès des soldats romains. Comme toutes les religions païennes, il fut déclaré illégal en 391.

Voir : Le Secret des Poissons

LA CROSSE DU PAPE

Les papes ont un sceptre comme tout roi digne de ce rang se doit de posséder un sceptre, que l'on nomme la crosse papale. Cette crosse n'est pas un bâton de berger. C'est l'attribut sacré avec lequel les grands prêtres païens officiaient dans leurs cultes divinatoires. Tous les prêtres de l'Antiquité païenne officiaient avec une crosse de devin. La crosse étatit indispensable pour lire les augures dans les entrailles des animaux sacrifiés et pour annoncer des présages.

Dans la mythologie gréco-romaine, c'était Hermès le dieu des oracles. Hermès était toujours figuré avec un batôn corné, symbole de sa puissance divinatoire. Hermès était lui-même le messager des dieux et c'est lui qui guidait les âmes des mortels dans les Enfers. Le bâton des devins s'appelait en latin le lituus, et provenait des religions babyloniennes. La mitre, l'étole et la crosse... On retrouve à l'identique les attributs catholiques romains chez les Dieux anciens.

SAINT VALENTIN

Abby Martin revient sur les vraies origines de la fête de la Saint-Valentin du 14 février, fête des garçons et des filles amoureux, qui est devenue au fil du temps une parodie consumériste. Tout ce qu’on sait de Valentinus, c’est que ce prêtre de Rome fut enterré le long de la Via Flaminia après avoir connu le martyre sous le règne de Claude II le Gothique.

VALENTIN célèbre des unions malgré l’interdiction des mariages édictée par l’empereur qui ne put lever des troupes en raison du manque de motivation des soldats mariés. On raconte que tous les mariages que VALENTIN bénit furent des unions heureuses, fécondes et durables, il est dénoncé et arrêté en 269.

Redoutant un bouleversement de la paix civile, l’empereur fit enfermer Valentin dans une cellule avant de le faire bâtonner puis décapiter sur la voie Flaminienne. Le corps de VALENTIN est inhumé par une pieuse matrone nommée Sabinilla, qui le dépose dans sa propriété. Les Lupercales sont restées célèbres par leur licence, on les fêtait à Rome tous les ans, le 15 des calendes de mars (15 février), en l’honneur, d’après certains, du dieu Pan, protecteur des bergers et tueur des loups, et d’après d’autres, de la louve qui avait allaité Romulus et Remus.

La première opinion est la plus plausible selon toute apparence, car les lupercales étaient d’origine pélasgique, et par conséquent bien antérieures à Romulus. Il convient de remarquer que les Grecs avaient leurs fêtes lycéennes, appelées LYCOS (loup), en l’honneur de PAN (Satan), tout comme les Romains qui les ont surnommées lupus ou les lupercales. On peut imaginer ce tueur de loup comme étant la constellation du CENTAURE juste à côté de celle du LOUP.

Voir : La Vierge et les Centaures

LE VATICAN ET L'ASTROLOGIE

Le palais du Vatican est construit sur un ancien cimetière païen, que les fouilles de Rome ont identifié comme un ensemble de mausolées constituant une vaste nécropole. Dans ce cimetière, on pratiquait le culte des morts et la divination. C'est sur des ossements tranformés en reliques que les papes ont construit leur palais. Le mot Vatis signifiait devin. Et le mot Can signifiait serpent. Le " Serpent Devin ".
http://secretebase.free.fr/religions/symboles/fetes/fetes.htm
avatar
Admin
Messages : 33
Date d'inscription : 25/12/2017
Age : 34
Localisation : Quebec
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.tagtele.com/chaine/Panax/

Re: (D) Contradictions De La Bible/Religion Secrets de bases

le Jeu Mai 17, 2018 5:42 am
LILITH - QADESH
La Femme Tentatrice - La Lune Noire et Lune Rousse

http://tracesduserpent.ens-lyon.fr/divin-serpent.html
http://secretebase.free.fr/religions/lilith/lilith.htm
LA GRANDE DEESSE MERE PROSTITUEE DE BABYLONE

La Transformation de la Déesse Mère en Prostituée du Temple

LA FEMME AUX SERPENTS ET L'ESCLAVAGE

GRAND TAUREAU ET LEVIATHAN

Nous trouvons un TAUREAU visible en bordure du zodiaque de Denderah, il représente JUPITER et ZEUS sur sa montagne. ISIS (Aset) est à ses pieds et tientt sa queue, un porc assimilé à SETH est juste derrière elle. JUPITER a représenté le pharaon Ramses II, et c’est peut-être la première fois qu’un dirigeant est divinisé avec l’astre brillant. Sa soeur et épouse Nefertari est toujours présente à ses côtés, divinisée en ISIS (Aset) elle tient la queue du monarque, cette image est aussi visible à l’entrée de la tombe de Nefertari en Egypte. Elle porte un emblème aux SERPENTS.

Du Porc à la Baleine sur le Zodiaque de Denderah avec Isis en Rouge et Horus esclave

Cette ISIS représente IO dans la mythologie, elle est la femme esclave du maître. Avec la précession des équinoxe, l'axe de la Terre est désormais dans la constellation de la BALEINE, continuation des BELIERS (Ram) et du TAUREAU séthien, ces deux symboles sont dans la même région du ciel et les deux figurent représente la même chose, les grecs utiliseront le TAUREAU également lié à ZEUS lors de la crétion du ciel antique. C'est ainsi que la civilisation commence avec l'esclavage des hommes et la prostitution des femmes, et le dieu monothéiste roi du cercle.

La constellation de la BALEINE domine aussi le ZODIAQUE depuis le TRIANGLE des POISSONS. Le monstre tient à la fois de l'hippopotame, du crocodile et du serpent, créé par Dieu pour en faire le jouet de ses enfants. Job compare les magiciens au dragon ou Livyathan évoqué par eux. Ce livyathan, serpent lové qu'on réveille, présente des analogies avec le Kundalini, serpent lové symbolique du yoga indien.

A côté de la BALEINE se trouve le HORUS comme étant le fils de l'homme et esclave sexuel, sa fonction est de verser à boire (de l'eau ou du laid). Sa tête a été enlevée du zodiaque de Denderah (par accident selon la version officielle) mais nous trouvons son dessin dans l'art gréco-romain. Pendant ce temps, le vrai HORUS est mis en croix sur le Zodiaque, sa figure enlevée du ciel. C'est PROMETHEE sur son rocher, l'aigle de Zeus vient le dévorer tous les jours jusqu'à la libération par HERACLES, c'est à dire par lui-même.

Voir : Jupiter le Dieu pédophile

Selon Isaïe (27, 1) la BALEINE est un dragon à la fuite rapide, le monstre qui est dans la mer, à jamais l'ennemi de Dieu. Grand amiral et gouverneur des contrées maritimes de l'empire infernal, il est très menteur et difficile à exorciser. Il s'efforce de posséder les humains, surtout les femmes, et enseigne la tromperie. Chez plusieurs peintres célèbres, sa gueule monstrueuse figure l'entrée des Enfers.

Une tradition rabbinique en a fait un démon androgyne qui, sous la forme masculine (Samaël) aurait séduit Eve, et même Adam, sous une incarnation féminine, la femme mauvaise et méchante, la mauvaise reine complice du pouvoir et de l'état, elle est ignorante et manipulée, cette femme est LILITH et c'est ISIS après sa transformation en prostituée, c'est la " femme en rouge " la tentation.

LES TROIS DEESSES SEMITIQUES

La Femme Soumise Prostituée du Temple

Les légende récentes racontent l'histoire du monde et la création de nouvelles figures fantaisistes à partir des anciens Dieux pour la création d'un nouveau culte et la déstruction des anciennes figures. C'est ainsi que NEITH contribua au mythe Osirien, jugeant le combat mythique d’HORUS contre SETH, elle proposa de nommer HORUS roi du monde végétal, et SETH roi du monde désertique. Pour rester juste et ne pas favoriser HORUS, elle proposa de donner au dieu SETH (les envahisseurs de l'Est) plusieurs déesses, dont ANAT et ASTARTE.

Il y a eu une confusion entre ANA et DANA (la dame à l'oie). AL-LAT avatar de ANAT ou ANNAH est la Déesse de la terre, de la fécondité, du printemps et de la féminité, dont le nom serait une contraction de AL ILAHAT, qui signifie DEESSE. Appelée “ Mère des dieux ” ou “ Plus Grande que tous ”, elle apporte également la prospérité. Le soleil, appelé SHAMS (Shamash) en arabe et perçu comme étant de nature feminine, peut être vu comme un aspect d’AL-LAT à Médine, avant l'Islam de la Mecque.

AL-LAT était vénérée par tous les Arabes, y compris la tribu des Quraysh, sa statue est dans la KAABA de la Mecque. Son temple fut détruit et brûlé par al-Mughirah sur l'ordre de Mahomet. Son symbole est un croissant de lune et un disque solaire est parfois représenté posé sur son croissant lunaire. Son emblème a également été retrouvé sur plusieurs portes-encens. Hérodote l’identifiait à OURANIA (Aphrodite Céleste), mais pour les Nabatéens, elle était l’équivalent d’ATHENA mais aussi de MINERVE également représentée avec une OIE sur la tête.

Anat - Astarté
Ishtar - Qadesh
Astarté - Ashera - Inanna
Ishtar - Etoile de l'Est
La Déesse Alat
Vénus en Taureau
Anat-Astarté
Déesse Sexuelle

Les trois filles d’Allah sont l’évolution des épouses de NERGAL, dieu des enfers, devenues dans le Coran les déesses des " versets sataniques ". Ces trois épouses de NERGAL deviennent ensuite les trois filles d’Allah. Il s’est aussi mélangé au dieu Lune. La présence de ces trois divinités, très improbable dans la vallée de La Mecque, est en revanche certaine en Syrie.

C'est une fusion historique avec les déesses sémitiques, elles sont importées en Egypte à partir des régions asiatiques (Canaan, Syrie) où ANAT y était la sœur-épouse du dieu BAAL, elle est aussi appelée " La Dame de la Montagne ". ASTARTE alias ASHERAT est une figure de la prostituée ISHTAR-LILITH, la femme écarlate. ISHTAR était une des étoiles à l'Est de l'Egypte, elle symbolise donc l'ORIENT et l'origine de son nom phénicien EAST-STAR, elle faisait partie du groupe des ISIS en Egypte antique avant d'être utilisée pas les peuplades du Sud et à l'Est du Nil.

Son culte aurait été implanté autour de Memphis par les prisonniers asiatiques HYKSOS qui lui demandaient protection contre les animaux venimeux. Elle empêche les conflits et se représente parfois sous les traits de la déesse de la beauté et de l'amour, elle deviendra plus tard la VENUS de l'amour, la déesse du féminin sacré, c'est à dire de la prostitution.

Haut de la Stèle de la déesse syrienne Kadesh guerrière et érotique.
Deir el-Medina. Nouvel Empire, XIXe dynastie (1292-1186 avant JC). C. 1601. Museo Egizio (Turin)

ISHTAR est aussi QADESH, une déesse de la mythologie égyptienne importée de Syrie représentée coiffée d'un disque lunaire, et souvent sur un lion le bras plié, avec dans les mains des fleurs de lotus et des serpents. Elle est entourée du Dieu phallique OSIRIS-MIN, dont elle est l'épouse et RESHEP le sémite, un Dieu importé venu du pays des Cananéens. Belliqueux, il porte une lance, son culte est introduit comme ceux de ses compatriotes divins (c'est-à-dire Qadesh, Astarté, Baâl, etc.). A partir du Nouvel Empire, RESHEP est adoré, entre autres, à Memphis et à Deir el-Médineh.

Ashéra - Astarté
Reine du Ciel
Astarte et sa Coupe
(Musée de Cádiz)
Astarté et les Chevaux
Fresque Babylone
Astarté-Anat dans sa
version Egyptienne

ANAT était la divinité de qui dépendait principalement le dieu de l'orage et de l'atmosphère ALIYAM-BAAL désigné dans les textes de Ras-Shamra. L'entité ANAT était confondue avec ASTARTE, équivalente elle-même à l'ASHTAROTH sémitique, déesse guerrière, contrepartie de ASHERAT (INANNA) la syrienne. ANAT est confondue avec YAHOU et est l'épouse de YAHVE, chez les arabes elle est ALAT parèdre de ALLAH, et elle pourrait être la SAINTE-ANNE de l'église, c'est à dire la mère de Marie, un avatar de l'Egyptienne NEITH-HATHOR mère de HORUS.

Au temps du Nouvel Empire égyptien, alors que les influences sémitiques se faisaient fortement sentir, ANAT devint la divinité composite ANTA, " Maîtresse du Ciel " et " Patronne des cieux ", fille de PTAH, ou encore de RA, le maître de l'univers. Comme Déesse-Mère, elle était souvent identifié à ISIS et à HATHOR, ainsi qu'à la lionne SEKMET, épouse du dieu PTAH. Ces deux Déesse sémitiques gardèrent toute deux la possession partagée d'un même rôle où se combinaient la fécondité et la guerre.

Ninhoursag à tête de Lionne avec les ailes de l'aigle et les Cerfs
Oeuvre d'art sumérien fait de feuilles de cuivre trouvés au temple de Ninhoursag au monticule de Al U-Baid.

En Egypte, ASTARTE soeur d'ANAT n'avait pas de fête qui lui fut propre, la Déesse fut probablement célébrée lors de victoire et associée aux fêtes données en l'honneur d'HATHOR ou SEKMET. Son principal lieu de culte devait se situer à Memphis et portait le nom grec d'ASTARTEION, un culte de la lune ISHTAR-ASTARTE fut attesté dans le temple de Râ à Abousir. On la vénéra en Haute-Égypte àTôd, Thèbes, dans l'oasis de Kharga, à Medineh-Habou, et à Edfou. Dans le Temple de Dendérrah on adulait l’Astarté léontocéphale proche de la figure de l'Egyptienne SEKMET, la puissante femme à tête de lionne, c'est ainsi que NINHOURSAG alias ASTARTE fut fortement liée au cheval et au lion.

ASTARTE est phénicienne et/ou syro-palestinienne (babylone) c'est une copie de la sumérienne NINHURSAG qui est déjà un avatar d'une déesse Egyptienne, les figures sont identiques mais le sens est détourné par les sémites du croissant fertile, et cela en plusieurs étapes. Finalement, elle va prendre place au sein du panthéon Égyptien syro-palestinienne. En tant que " maîtresse des chevaux et des chars " la Déesse ASTARTE fut vénérée par tous les Égyptiens touchant de près le monde de la cavalerie et des chevaux, ce qui prouve que cette déesse est importée après la découverte des chars de combat après les invasions Hyksos ou les campagnes du Pharaon à l'Est du Delta.

D'origine proche-orientale, elle est introduite en Egypte au Nouvel Empire et elle est représentée par une femme parfois à cheval ou sur un char, elle est une déesse de la guerre. Dans le conte philosophique de Voltaire " Le monde comme il va ", ASTARTE est une ancienne reine de Babylone réduite à l'esclavage qui retrouve son premier et seul amour Zadig, cet amour portèrent leurs paroles jusqu'à la sphère de VENUS.

LE TEMPLE DE VENUS

En Mésopotamie le culte d'ISHTAR - ASTARTE était garant de la fertilité du pays et du son peuple, et en général de la prospérité et du bien-être du royaume. Le voile était porté par les femmes qui voulaient honorer ASTARTE la déesse de l'amour public. Celle-ci, pour être bien honorée par les femmes, oblige celles-ci à se prostituer une fois l'an, dans les bois sacrés qui entourant son temple. Pour ne pas être reconnues quand elles allaient s'offrir à des inconnus de passage, les femmes de la haute société mésopotamienne prirent l'habitude des se voiler totalement.

Chaque année au nouvel an, le souverain était tenu « d’épouser » l’une des prêtresses de la Déesse, afin d’assurer la fertilité des terres et la fécondité des femelles. Chez les anciens sémites, ancêtres des Cananéens, des Phéniciens, des Hébreux et des Arabes, des milliers d’années avant l’Islam, on avait déjà imposé le voile aux femmes pour se couvrir les cheveux. En effet, les anciens sémites considéraient la chevelure de la femme comme le reflet de la toison du pubis.

La vie religieuse d'Uruk est comme aux autres périodes dominée par sa divinité majeure, Ishtar. Dans les textes cultuels et même mythologiques, elle occupe constamment une place prépondérante par rapport à ANU l'autre grand dieu, une divinité patriarcale ancienne. Le temple d'ISHTAR est alors prépondérant, et c'est donc le culte de cette déesse qui est le plus important et qui se voit le plus dans les textes qui proviennent de l'Eanna. Ishtar d'Uruk y apparaît sous l'épithète de « Dame d'Uruk », alors que la seconde divinité principale du sanctuaire, NANAYA, est dite « Reine d'Uruk », suivant une bipartition entre deux déesses tutélaires qui se retrouve à Babylone et à Nippur à la même période.

Le ciel (les constellations) était le lieu de résidence des divinités principales du panthéon, les Anunnaki, alors que le Monde inférieur est l'équivalent des Enfers. Entre les deux se trouve la surface terrestre, où vivent les humains. La ziggurat pourrait donc symboliser une sorte de lien entre les deux grandes parties constituant le Monde. Les ziggurats de Babylonie continuent à être entretenues au moins jusqu'à la chute du royaume de Babylone en 539.

QADESH ET BESET

La déesse égyptienne QADESH (ou Qetesh), avait été importée de Syrie, durant le Nouvel Empire. Le fait qu’elle soit représentée de face montre que c'est une déesse d'origine étrangère. Le nom QADESH vient de la racine sémitique q-d-sh de l'hébreu, qui signifie « sacré » ou « séparé ». Le mot sacré, s’oppose à profane et signifie « qui appartient à un domaine séparé, inviolable, privilégié par son contact avec la divinité et inspirant crainte et respect ». Le nom QADESH en hebreu est KADES en français, ce qui signifie " saint "et "consacré " mais aussi " prostituée ".

En Syrie la ville a été longtemps sous l'influence des Egyptiens, la bataille de Qadesh (ou Kadech) a eu lieu aux environs de 1274 av. J.-C. et qui a opposé deux des plus grandes puissances du Moyen-Orient : l'empire hittite de Muwatalli, dont le centre était en Anatolie centrale, et le Nouvel Empire égyptien de Ramsès II. QADESH est la grande déesse de la fécondité de la ville du même nom à l'extrême sud du royaume de Juda, on dit qu'elle serait la parèdre du Dieu sémitique YAHWEH. On retrouve son nom dans les écritures oùelle est bien identifiée comme prostituée et débauchée (Deutéronome 23 : 17, 1 Rois 14 : 24, Job 36 : 14).

Les origines moyen-orientales et la représentation de QADESH, débout sur un lion, suggèrent un lien avec la déesse AREDVI SURA ANAHITA, la mère de MITHRA représentée de façon similaire dans le zoroastrisme, une construction typiquement mésopotamienne qui n'est pas attesté comme épithète pour une divinité en Iran avant l'ère commune. Dans les comptes zoroastriens de la création terminé vers le 12e siècle de notre ère, AREDVI SURA ANAHITA n'est pas seulement une divinité, mais aussi la source de la rivière de monde et le nom du fleuve du monde lui-même.

Toutes les eaux du monde créé par AHURA MAZDA proviennent de la source AREDVI SURA ANAHITA. Cette source est au sommet de la montagne du monde Hara Berezaiti autour duquel tourne le ciel et qui est au centre de Airyanem Vaejah, la première des terres créées par MAZDA. ANAHITA est aussi rapprochée de la déesse sémitique ISHTAR. Le Dieu Mésopotamien est copié sur l'Egypte et son oiseau BA, il est aussi le Dieu Sumérien ANU qui est représenté un peu comme le symbole du FARAVAHAR du zoroastrisme, c'est l'aile volante de NEITH-ISIS-HATHOR la Mère de la création, les oiseaux pondent des OEUFS. Le Mésopotamien MAZDA est un avatar de OSIRIS-HORUS.

Le culte arménien de ANAHIT ainsi que la religion arménienne pré-chrétienne en général, a été très étroitement liées au zoroastrisme des persans. Mais il y avait aussi des caractéristiques distinctes importantes découlant de traditions païennes locales ainsi que des cultes étrangers non-zoroastriens . En Arménie actuelle, il est connu comme faisant partie du patrimoine mythologique historique de la nation, et " Anahid " est toujours le nom populaire pour une femme. Le sens du nom NAHID est équivalent à nos PLEIADES et SUBARU en japonais, un amas ouvert d'étoiles qui s'observe dans l'hémisphère nord, dans la constellation du TAUREAU.

ANAHITA est toujours considérée comme un ancien mythe persan, elle incarne les qualités physiques et métaphoriques de l'eau, en particulier le flux de production de l'eau de la fontaine dans les étoiles. Elle a également un rôle dans le sperme et la fertilité humaine. Elle a été considérée comme le grande " déesse Mère " et " Déesse de la productivité ", avant de prendre une forme de prostutuée elle est associée aux rivières et aux lacs, à " l'eau de la naissance ".

Zarathustra - Ahura Mazda - Faravahar
Anahita - Nahid - Ishtar
Anahita - Anahit - Ana - Qadesh

La Déesse Mère HATHOR symbolise une vache dont les mamelles nourrissent les enfants en bas âge, mais plus tard, on la perçut plutôt comme un TAUREAU sans doute à cause du culte de MITHRA, cependant le lien avec HATHOR fût conservé ce qui explique aussi le lien avec APHRODITE des Romains et la VENUS des Grecs puisque VENUS est l’astre du signe du TAUREAU.

La déesse QADESH protégeait les familles des mauvais esprits, des serpents et des malheurs. Elle était aussi déesse de la musique et de la danse. Elle apparaît comme un serpent enflammé, ou elle est figurée de face avec un visage léonin, couronnée d'une crinière et tenant des serpents. Elle porte parfois sur la tête les cornes et le disque solaire caractéristique de NEITH-HATHOR. L'entité manipulée retourne en Egypte sous la forme d'une prostituée avec un croissant lunaire. Sous sa forme de VENUS-APHRODITE, elle devient la déesse de la sexualité et de l'amour et elle symbolise depuis la joie et les plaisirs sexuels, la maîtresse sexuelle et la gardienne du lupanar, son temple était un bordel.

QADESH est également la représentation de la partie masculine du dieu AHA avatar du Dieu des accouchements, BES est représenté avec le phallus en érection, il est aussi une divinité de la sexualité et de la grossesse. Il est possible que la déesse BESET ne soit qu'une représentation des déesses ANAT et ASTARTE fusionnées. BESET est la contrepartie féminine du Dieu BES, bien qu'elle se présente parfois comme sa mère. Comme BES le Dieu importé, elle est représentée de face, avec un faciès léonin et une crinière, elle tient souvent des serpents dans les mains.

Aha / Bès et sa parèdre Bésèt avatar de Qadesh

BES est un dieu qui ne prend de l'intérêt dans le quotidien des Égyptiens qu'au Nouvel Empire, il n'est pas un Dieu primitif de l'Egypte, comme QADESH, c'est une entité étrangère qui arrive certainement de Canaan et de l'Asie à l'Est. Il n'avait pas de temples et aucun oracle en Egypte, mais des statues ou des représentations du Dieu ont été trouvés dans tout le pays.

Bien que n'étant pas à l'origine l'un des plus célèbre des Dieux, les nains du dieu-démon venaient pour la protection de leur vie quotidienne. Durant le sommeil, BES éloigne les esprits maléfiques, interdit aux mauvais génies d'apparaître en songe, et met en déroute les démons causeurs de troubles sexuels, ce qui explique sa présence à la tête ou aux pieds des lits et sur les repose-têtes.

La figure du Dieu BES ne serait apparue et développée qu'à partir du Nouvel Empire probablement grâce à la grande prospérité de cette courte période et contrairement aux enseignements que furent les diverses sagesses, aucune paternité ne peut être attribuée. L'ouverture de l'Egypte aux pays limitrophes par quelques pharaons guerriers à travers diverses conquêtes est une base probable quant à la naissance de ses figures purement sexuelles.

Maurizio Damiano-Appia indique que BES jouant de la harpe préside également à l'art de la parure et à la toilette, ornant les miroirs et objets destinés à cet usage. Il était désigné sous les traits d'un pygmée - deneg en égyptien - et non d'un nain que l'on distinguait par le terme nemou. Les pygmées étaient recherchés comme danseurs sacrés et BES était aussi le dieu de la danse et des manifestations joyeuses.

Source : M. Damiano-Appia, Dictionnaire encyclopédique de l'ancienne Égypte et des civilisations nubiennes. Paris, Gründ, 1999

Une image du dieu nain était tatoué sur certaines femmes comme symbole de protection, il y a différentes représentations de femmes (nageuses, danseuses, acrobates et musiciennes) ont le Dieu BES peint sur leur peau. Les femmes avec l'image de BES tatoué sur la cuisse un supérieur autour de la région pubienne pourraient être les " prostituées ", le tatouage est aussi utilisé pour prévenir les maladies vénériennes. Ce fut probablement en raison de son association avec la musique et l'art du divertissement que BES est devenu protecteur des femmes et des enfants. Il aurait également existé un tatouage relatif à la sexualité et la fertilité.

BES en tant que Dieu de l'accouchement, effarouchait tous les mauvais esprits qui pourraient tuer le nouveau-né. En cas de problèmes pendant le travail, une statue d'argile de BES était placée à la tête de la femme enceinte pour lui demander son aide. Il a même été représenté sur les lieux des naissance royales, surtout dans les derniers temps de l'Egypte. Etroitement lié à la déesse hippopotame de l'accouchement TOUERIS, ils étaient tous les deux des divinités très populaires de l'accouchement jusqu'à l'époque grecque.

On a même retrouvé des amulettes de BES et de TOUERIS dans la ville de Akenaten, la capitale de l'hérétique AKHENATON, car il ne pouvait pas bannir ces favoris, ATON n'avait pas de remplacement pour ces deux figures ! Au cours de l'époque ptolémaïque, les images de BES se multiplient sur les reliefs et les éléments architecturaux de bon nombre de sanctuaires de la Vallée du Nil. BES est un avatar de PAN, LUPERCUS, PRIARPE et de FAUNUS dieu de la nature et du sexe Greco-Romain du CAPRICORNE qui était un POISSON-CHEVRE ou un animal marin proche du DAUPHIN ou du MEROU et la grande Déesse du Fleuve avant sa transformation en entité des plaisirs

Derceto
Atargatis
Derketo
Sheil-Na-Gigs

Cette Déesse sacrée que l'on remplace serait la grande ABDW Déesse de la Mer et des Poissons, c'est la petite SIRENE. L'astronome de l'Ouzbékistan Al Biruni affirme qu'à l'origine la constellation des poissons était dans toutes les langues un seul Poisson. Selon l'astronome Grec Eratosthène, ce poisson symbolisait la grande déesse syrienne DERKE ou DERKETO qui a été aussi DEA SYRIE , DERCIS , DERCETIS , DERCETE , PROLES DERCIA ou encore PHACETIS et ARIEL, la Grande Déesse ABDW des Egyptiens.

Les Grecs appelaient cette déesse de la Mer ATARGATIS (Deasura) avatar de ANAT, ASHERAH, et ASHTART (Astarté) du pays de Canan. Une représentation au British Museum montrent le dieu-poisson avec une étoile ou un autre symbole astronomique. Avec une dérivation supposée des mots ADIR et DAG (Grande et Poisson), il a été dessiné une tête de femme sur le corps d'un énorme poisson, c'est l'origine de la SIRENE de Syrie. De cette manière, le poisson a été relié au Dieu Syrien DAGON avatar de DAGAIM chez les Juifs, le nom pour les deux Poissons.

L'astronome Aratos de Soles commenté par Grotius, a déclaré que les Chaldéens appelaient les plus septentrionales des poissons KHELIDONIAS IKHTHUS représenté avec la tête d'une hirondelle, une représentation que l'historien Scaliger va attribuer à l'apparition de l'oiseau au printemps, quand le soleil est dans cette région du ciel. Les SHEILA-NA-GIGS sont des sculptures de femmes avec des organes génitaux exposés sur les églises à travers l'Europe, elles sont des avatars de la grande déesse de la mer et une ancienne figure d'HATHOR et de NEITH-ISIS.

Voir : Des Poissons dans le Ciel

Sur la pllaque Qedeshet, la Déesse égyptienne QUDSHU (Qadesh) est nue sur un lion marchant en compagnie du Dieu égyptienIthyphallique MIN à sa droite et le Dieu Guerrier cananéen RESHEP à sa gauche. Elle a ses bras dans la position du V, avec dans sa main droite des plantes de la fertilité et dans sa main gauche un serpent du monde souterrain. Sa coiffure dans le style de HATHOR est surmontée de cornes de bovins.

Sur la plaque Qudshu, son triangle pubien est peint en NOIR, de même que le Dieu MIN est peint en noir, c'est la couleur de la fertilité assimilé au LIMON NOIR en bordure du Nil. La déesse nue se dresse sur un lion, et les deux sont peints en jaune. La déesse tient dans sa main droite une fleur de lotus rouge, et dans sa main gauche un serpent, à l'origine NOIR.

Représentée sur un cheval au trot elle ne ne porte pas de bijoux, le cheval a deux plumes d'autruche sur son front et est recouvert d'un tissus ornée ou peut-être une armure. Dans cette version avec un cheval, la déesse pourrait être ASTARTE, qui a été le plus souvent associée avec des chevaux peut-être en relation avec la constellation PEGASE et son CARRE dans le ciel.

Elle est aussi un avatar d'ANUKET (Anoukis, Anouket) l'Egyptienne, la Déesse de l'innondation du Nil, sur le Zodiaque Egyptien de Denderah elle est une antilope avec un phallus, c'est une figure ANDROGYNE car elle est bonne ou mauvaise selon les innondations, elle peut aussi apporter les maladies avec la mauvaise eau, elle est dos à dos avec le singe CEPHEUS pour bien montrer que le pénis de l'antilope ne se dirige pas vers le singe. Cette BICHE de l'Egypte ne possède pas de queue contrairement au reste de l’espèce.

La déesse de l’inondation annuelle du Nil ANUKET est celle qui nourrit les champs " ou " celle qui tire en avant " ou encore " celle qui donne la vie ". Elle est aussi " la dame du Sud " symbolisant ainsi les richesses rapportées de NUBIE (Ethiopie) par les Égyptiens, c'est aussi la région de MIN le Dieu phallique. C'est le pays de la REINE DE SABBA dans le Désert vers la région de MAGDALA, la Déesse ANUKET participe aux innondations avec HAPY et KNOUM le potier créateur du monde.

La déesse mère du Sud a été transformée en prostituée, elle est MARIE-MADELEINE dont le nom vient de cette région de MAGDALA. Cette dualité se retrouve dans la forme de la constellation avec un W ou un M au choix selon l'orientation, mais avant d'être une créature sexuelle, elle est bien lié à la fertilité des eaux. La courbe du Nil dans cette région est en forme de pénis, entre Louxor et Abydos, les Egyptiens ont ainsi donné au Dieu MIN c'est à dire l'OSIRIS NOIR du désert du Sud, un Phallus en érection marquant sa virilité et sa fertilité sur les eaux.

Andromède et Cassiopée sur le Disque de Denderah

ISHTAR est aussi assimilée à la constellation ANDROMEDE, alors que de l'autre côté de la constellation des POISSONS il y a CASSIOPEE une reine sur son trône. La Déesse Mère est enlevée du culte pour l'âge des poissons. ANDROMEDE en chaîne dans le ciel est parfois représentée nue chevauchant le Zodiaque et le monde, c'est la grande prostituée de babylone gardienne de notre système. Figure androgyne, elle peut aussi représenter la figure d'un homosexuel travesti en fille, ou un transexuel. La robe rouge de la salope est approprié. Elle est aussi un avatar de la femme esclave et soumise au maître avec son fils.

Si pour certains ANDROMEDE la femme en châine ou GANYMEDE avatar du Dieu HAPY sont des figures homosexuels, c'est purement une invention du Tempe (du donjon), chez les Egyptiens l'androgynie divine exprime la réunion des contraires, l’harmonie primordiale à laquelle aspire l’homme, c'est l'Alpha et l'Omega, le Bien et le Mal, etc., c'est le double aspect d'une même personne, c'est le GRIS qui joint les contraires du BLANC et du NOIR.

Le statut de Martyr de la figure Gréco-Romaine d'ANDROMEDE enchainée à un rocher sera utilisée pour la religion comme promotion de la foi, on retrouve le mythe dans plusieurs légendes chrétiennes comme celle de Saint Michel ou de Saint George, c'est la princesse enfermée dans le donjon tandis que le Dieu HAPY le VERSEAU représente le fils escalve du maître (Seigneur) JUPITER-ZEUS alias AMON-RA.

Dans le ciel, symboliquement ANDROMEDE tourne le dos aux croyants de la constellation des poissons, signifiant son dédain aux personnes qui sont dans les Temples et les groupes religieux. Il n'y a pas d'amour vrai, pas de communion sincère, tout ceci n'est qu'une mascarade et ANDROMEDE sait cela, elle est rejetée du système.

La figure de CASSIOPEE représente la femme libre et la prostituée qui achete sa liberté avec l'argent en se vendant comme un produit, et ANDROMEDE est la femme esclave (d'où les chaînes) du système, avec son FILS que l'on a féminisé pour le rendre indigne du pouvoir, c'est le viol du HORUS par son oncle SETH le faussaire.

Basé sur le passage cité dans Galates (Nouveau Testament), l'entité ANDROMEDE représente le peuple juif sous l'esclavage de la loi de Moïse et tous les signes religieux qui vont avec. Mais dans les étoiles, elle ne représente pas seulement les juifs pratiquants, mais tous les gens qui mettent leur confiance dans le respect religieux pour être en règle avec Dieu. L'apôtre Paul était un expert hautement qualifié dans le système juridique des Juifs, il a écrit que ANDROMEDE se tient sur l'arche d'alliance du Mont Sinaï et la reine libre CASSIOPEE représente la supervision de la loi du sanctuaire religieux.

ANUKET est la Dame du Sud, en Nubie à la source du Nil, elle veille aux innondations de KHNOUM. Les égyptiens voyaient dans la constellation de CASSIOPEE une ANTILOPE avec un PHALUS plutôt qu’une femelle, elle est ainsi sur le Zodiaque Egyptien de Denderah, l'ANTILOPE étant indistinctement mâle ou femelle, le plus souvent les anciens egyptiens désignaient les animaux mâles comme étant maléfiques, aussi beacoup de figures sont androgyne, comme la déesse NEITH. À partir du Nouvel Empire, SATIS est aussi vénérée sous forme d'ANTILOPE ou de BUBALE, porte ainsi le même tire que l'Uræus, celui de " OEIL DE RE " qui détruit les ennemis du soleil et du pharaon.

Voir : Andromède et Cassiopée

ISHTAR - LILITHU - APHRODITE

Des Déesses Mère Antiques Manipulées et Transformées en Putain

Chez les Egyptiens, NEITH contribua au mythe Osirien, jugeant le combat mythique d’HORUS contre SETH, elle proposa de nommer HORUS roi du monde végétal, et SETH roi du monde désertique. Pour rester juste et ne pas favoriser HORUS, elle proposa de donner au dieu SETH deux déesses ANAT (Alat) et ASTARTE, les déesses sémitiques. ANAT a été importée en Egypte à partir des régions asiatiques (Canaan, Syrie), elle y était la compagne du dieu BAAL et ASTARTE est une figure de la prostituuée ISHTAR / LILITH. Cette légende récente raconte l'histoire du monde et la création de nouvelles figures fantaisistes à partir des anciens Dieux.

C'est une manipulation du ciel et cela ne correspond en rien au culte ancien de l'Egypte. Comme le prouve les autres manipulations du ciel, on a retiré NEITH-SIS du ciel et on a transformé la soeur et l'épouse en prostituée de Babylone. En mésopotamie elle est restée ISHTAR jusqu'à ce que les Grecs changent son nom pour APHRODITE. Plus tard, les Romains parlait d'elle en latin, d'abord comme LIBERTAS et plus tard comme VENUS quand ils ont accepté les doctrines de liberté. La déesse de l'amour est une prostituée, c'est la fille en rouge, la femme écarlate, la statue de la Liberté est une représentation de LIBERTAS la Déesse de la prostitution de la femme et de l'esclavage de l'homme, c'est MARIE-MADELEINE.

Cassiopée Reine du Ciel avatar de Libertas la Déesse des Esclaves
Femme aux Serpents et Fille en Rouge, elle est la Prostituée de Canaan et de Babylone

ISHTAR était à cause de ces titres et de ce pouvoir d'être une déesse personnelle pour ceux qui l'invoquaient pour des requêtes précises, la déesse des immigrants qui se rendaient à Babylone. Parce qu'elle était la déesse principale vénérée à Babylone, ISHTAR était la déesse des prostituées et un temple lui était dédié à ce titre. Son temple s'appelait l'Etourkalama, la " maison qui est la bergerie du pays ", les cérémonies qui s'y déroulaient avaient une forte connotation érotique et semblaient plutôt liées à la prostitution sous ses formes sacrée et profane.

La couronne avec sept pointes de la satue de la liberté LIBERTAS est aussi en correspondance avec ISHTAR. Elle deviendra la LUNE NOIRE ou la LUNE ROUSSE astrologique, une invention fantaisiste afin de la placer dans le ciel puisque le NOIR est la couelur de la fertilité du LIMON en bordure du fleuve.

En Mésopotamie, elle est la sœur de SHAMASH, dieu de la lumière, et en même temps d'Ereshkigal, la divinité du monde infernal. Elle était adorée à Ourouk la capitale où son culte supplantera celui de son père ANOU. Fille de SÎN, elle a pour emblème une étoile; c'est aussi une déesse guerrière, debout sur un ou deux lions, elle porte le carquois; d'une main elle tient une arme courbe et de l'autre un sceptre, la figure est un avatar de l'Egyptienne NEITH l'archère.

ISHTAR est aussi un avatar de la déesse ASTARTE chez les anciens hébreux et en version grecque de l'Ancien Testament (la Septante). Puis, ASTARTE a été changé en APHRODITE. Le terme hébreu ASTARTE était une translittération du dialecte babylonien (akkadien) de la déesse ISHTAR . On la retouve dans le dialecte sumérien comme INANNA ou NINANNA, signifiant la Reine du Ciel ou Dame du Ciel. En Canaan cette divinité a été appelé ASTAROTH, chez les Hittites elle est SHAUSHKA. Les Phéniciens sur Cypress initialement parlait d'elle comme ASTARTE.
avatar
Admin
Messages : 33
Date d'inscription : 25/12/2017
Age : 34
Localisation : Quebec
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.tagtele.com/chaine/Panax/

Re: (D) Contradictions De La Bible/Religion Secrets de bases

le Jeu Mai 17, 2018 5:43 am
ISHTAR LA FILLE DE L'EST

On peut retracer plusieurs origines au nom de LILITH. La première origine est sumérienne : ki-sikil lil-là signifie « la jeune femme aérienne » (soit ki-sikil « la jeune femme » et lil-là « aérien ») parce qu'elle vivait dans un arbre. Une autre origine vient de l'akkadien LIL-ITU, est un emprunt du sumérien LIL « le vent », et en particulier de NIN.LIL « la Dame du vent ».

C'est la déesse du vent du Sud (et épouse d’Enlil), auquel est accolé le mot itud « LUNE », tandis que ENLIL ou IL (EL) est le Dieu Phallique, une copie du laboureur Egyptien qui symbolise un HORUS en SATURNE mais aussi du phallus osirien, c'est à dire l'AXE DE LA TERRE, une figure également manipulée.

Le troisième origine de LILITH est hébraïque, mais ici, deux hypothèses coexistent entre LAILA laïla « la nuit » et LOU'A « la gueule ». Le mot hébreu LILIT (en akkadien Lilitu), est un prénom féminin de racine proto-sémitique LYL « Nuit », qui signifie littéralement « être féminin de la nuit » ou « démon ». Toutefois, sur des inscriptions cunéiformes, LILIT et LILITU font référence à des esprits du vent apportant la maladie.

Ci-contre : la Déesse Inanna avec sa couronne de la steppe et ses attributs.

La première mention du personnage de Lilith remonte au mythe de NANNE et l'ARBRE HULUPPU, relaté dans la tablette XII du mythe de GILGAMESH, ENKIDUR et le KUR. Cette tablette (de 2000 av. J.-C.), a été retrouvée à Ur, cité des ancêtres des Hébreux. Son texte fut publié en 1930 par C.J. Gadd, du British Museum. C'est le premier texte retrouvé faisant état d'une KI-SIKIL (« jeune femme ») LIL-LA (« aérienne »), qui vivait dans un arbre (l'huluppu, assimilé au saule) sur les bords de l'Euphrate, arbre que la déesse INANNA sauva des eaux en le plantant dans son jardin sacré à Uruk.

C'est l'assimilation de ce mythe par la culture sémitique qui donna lieu ensuite aux exploitations connues sous le nom de LILITH (notamment dans le Talmud de Babylone). Cette tablette n'attribue aucun caractère maléfique à cette ki-sikil lil-là. En effet, comme pour d'autres mythes, les sémites babyloniens et hébreux ont repris des éléments de la culture sumérienne pour leur faire subir une assimilation. Les noms ont subi des transformations et les personnages des attributs nouveaux.

C'est ainsi que ki-sikil lil-là devient LILITH (démon femelle) en hébreu, puis Lilitû ou Ardat Lili en babylonien. C'est au cours de cette appropriation que LILITH devient, dans le récit hébreu, la première femme avant EVE. Considérée comme un démon dévorateur, déesse-serpent, déesse ailée (alliant les caractères chtonien et aérien) elle est une copie de la déesse mère.

La GENSESE (la création d'un nouveau culte) n’est pas claire quant à la création de la première femme, surtout si l’on compare Genèse I & Genèse II, & c’est cette divergence qui a donné corps à la présomption de création d’une première femme antérieure à EVE. On peut supposer que l’origine provient d’une influence du culte de la déesse cananéenne ANAT, culte féminin qui autorisait les femmes à avoir des rapports sexuels avant le mariage.

On la retrouverait également dans la « déesse aux serpents » de la civilisation minoenne. Elle aurait été reprise par la tradition juive aux temps de la captivité de Babylone. Aux temps bibliques, elle est une représentation symbolique du matriarcat préexistant au patriarcat. Les représentations de ce personnage sont très variables, et parfois contradictoires, selon les récits et les cultures : LILITH est parfois aérienne, parfois chtonienne, voire aquatique et dévoratrice.

The Matrix
La Fille en Rouge
Roger Rabbit

Dotée d’une sexualité illimitée et d’une fécondité prolifique, tout en étant symbole de frigidité et de stérilité, épouse, fille et double du diable, elle rassemble, dans la culture judéo-chrétienne, les côtés négatifs attribués à la féminité archaïque, celle qui ne peut être l’épouse de l’homme. Elle a connu de multiples avatars, jusqu’à la LOLITA de Nabokov ou la fameuse FILLE EN ROUGE tentatrice holywoodienne. Elle est le désir et une vie plus éxcitante, une distraction mais aussi une désillusion.

Cependant la véritable couleur de LILITH serait le pourpre, si le rouge est une couleur sexuelle, cela n'est pas toujours lié à la prostitution. Selon la mythologie hindoue, le 3 ème jour après la nouvelle lune du mois de Shravan, la déesse Parvati (Teej Mata) est allée à la maison de Shiva pour s’unir à lui. La légende raconte que Parvati a fait pénitence et attendu 108 renaissances pour pouvoir devenir l’épouse de Shiva. A sa 108 ème renaissance, Shiva a réalisé combien elle l’aimait et combien son dévouement etait grand, et il l’a prise pour épouse.

Le festival Teej est celui des femmes, à cette occasion, les femmes se font très belles et s’habillent de saris rouges et de brillant. Le rouge est la couleur de l’amour et une couleur de bon augure, aussi portée par la femme lors de son mariage il symbolise les retrouvailles et l’union de Shiva à Parvati et le dévouement des épouses pour leur mari. La déesse Parvati a dit que ce jour de son union à Shiva était de bon augure pour la vie conjugale des femmes et de leur famille. Celles qui feront des louanges et prieront Shiva en ce jour seront bénies dans leur vie de couple et de famille.

Qadesh dans le Film Oz est une petite poupée cassée dans le monde des Théières avatar du Capricorne
Elle sera sauvée avec le retour du Christ alias Horus avec Baboon le singe qui aide à la restauration du couple.

Quels que soient les exégètes, LILITH est toujours décrite ou perçue comme une maîtresse femme qui a un fort ascendant sur ADAM et un appétit sexuel insatiable. Il existe deux légendes juives sur LILITH dans la tradition. Dans l'une, elle est créée avec ADAM et désire l'égalité pendant les rapports sexuels. Dans l'autre version, elle est une sorte de créature angélique et compagnon de LUCIFER, qu'elle laisse dans le but d'essayer d'avoir des relations sexuelles avec ADAM. Alors LUCIFER séduit EVE et LILITH séduit Adam.

La GENESE explique la création d'un nouveau culte avec un changement des figures. C'est ainsi que deux filles furent données à SATAN pendant que JUPITER - ZEUS le Père enlève le fils qui deviendra la figure de GANYMEDE, c'est le sacrifice de l'Agneau. Le Père devient homosexuel et la femme une prostituée et la Déesse mère pleure. C'est ce que raconte la fresque au plafond de la chapelle Sixtine à Rome avec son Arbre de vie généalogique et l'histoire du monde.

LILITH aime à changer sa forme même en présence de témoins, ce qui implique qu'elle n'était pas si attrayante dans sa forme naturelle. Une de ses formes préférées est celle de la chouette (la nuit) volé à MINERVE - ATHENA, la déesse vierge guerrière de la sagesse avatar de NEITH l'Egyptienne. L' expression anglophone " NIGHT HAG " (la nuit Hag) est la sienne et c'est aussi l'origine du mot " NIGHTMARE " (cauchemar) car l'expérience d'un homme qui se réveille pour trouver une succube au-dessus de lui est terrifiante.

LILITH est une aussi nymphomane et psychologiquement c'est une folle, elle est capable de tuer un homme car celui qui tombe amoureux d'une LILITH n'arrivera jamais à la stabiliser, vivre avec une LILITH c'est les enfers sur la terre. Elle représente la mère dénaturée et sans amour pour sa création, son esprit a été cassé et sa progéniture est en danger.

SARAVASTI

On suppose un lien SARAVASTI déesse indienne de la connaissance, de l'éloquence, de la sagesse et des arts, était aussi à l'époque védique, la divinité des rivières. Elle est l'épouse, la shakti de BRAHAMA (Abraham), le dieu créateur de la trimurti indienne et leur union souligne la notion que la connaissance est une condition sine qua non de la création.

L'imagerie est semblable à la figure de la sémitique LILITH-QADESH, cependant SARAVASTI a conservée ses attributs de la LUNE dans la mythologie, elle est orné dans un costume blanc radieux et son trône est un lotus blanc la couleur de la LUNE, c'est la grande déesse du fleuve que l'on a enlevé du cule en Egypte pour instaurer la nouvelle figure de QADESH.

Elle est NADID du Persan moderne, et ANAHIT de l'arménien ou ANAHITA du Perse ancien. Tout comme SARAVASTI, la figure de ANAHITA est censé épouser son père AHURA MAZDA qui n'est autre que BRAHAMA avatar de OSIRIS, c'est le patriarche de la Bible ABRAHAM et SARAH avatar de SARAVASTI est son épouse.

Saravasti (Nimai) de Jodhpur
La Lyre d'Hathor
Benzaiten

BENZAITEN est le nom japonais pour la déesse hindoue SARAVASTI, son culte est arrivé au Japon au cours vers le 6e ou 8e siècles, principalement via les traductions du chinois. Elle est également mentionnée dans le Sutra du Lotus et souvent représentée tenant un " biwa ", une luth japonaise contrairement à SARAVAST qui est titulaire d'un instrument à cordes connu comme un " vîna ", une cithare sur bâton. On retrouve cet instrument en Egypte avec la Lyre d'Hathor, notre actuelle constellation de la Lyre. Les instruments de musique étaient le plus souvent utilisés au temple par les femmes, dans le cadre de rituels comprenant des chants et des danses en l'honneur de la déesse HATHOR.

La LUNE a un lien direct avec la vie sur Terre, elle a une périodicité de 28 jours, qui représente aussi la période des menstruations chez la Femme, dévolué au signe de la VIERGE avec son épi de blé, mais aussi à celui du CANCER, un astre sous l'influence de la LUNE et de l'EAU, en Egypte il est lié à déesse de la renaissance ISIS. Les Egyptiens attribuent à la Déesse ISIS la crue du Nil au mois de Juillet sous le nom de l’Etoile SOTHIS, c’est à dire SIRIUS. On représentait ISIS dans une robe de lin blanc en relation avec la blancheur de la LUNE, le disque lunaire évoquait aussi le ventre rond d’une femme enceinte.

Voir : Le Crabe dans le Ciel - Neptune et les Poissons

SEMIRAMIS ET ISHTAR

Lilith la Femme Ecarlate Putain du Temple

SEMIRAMIS est une reine légendaire de Babylone dont l'histoire nous est principalement rapportée par Ctésias de Cnide et Diodore de Sicile. C'est un avatar de ISHTAR la déesse sémitique. Elle est la fille de DERCETO, une déesse mi-femme mi-poisson qui vivait dans un lac voisin d'Ascalon, et de Caÿstros, le fils présumé d'Achille et de Penthésilée. Cette union est provoquée par APHRODITE qui avait à se plaindre de DERCETO.

Andromède enchaînée
Trinité de Babylone
Cassiopée tient le monde

La légende de SEMIRAMIS a été inspirée par deux reines assyriennes dont les réalisations et les mythes sont confondus, la reine SEMIRAMIS est donc un avatar de ISHTAR inspirée de l'Egyptienne NEITH, dans ce cas la figure de la reine est assimilée à la déesse du ciel des Mésopotamiens, comme d'autres figures historiques.

SEMIRAMIS épouse son fils NEMROD (Herode) et donne naissance à TAMMUZ le 25 décembre, un mongole consanguin. NEMROD était un puissant chasseur, comme OSIRIS, il est ORION Orion dans les constellations. Dans la mythologie, il a vécu jusqu'à 1000 ans et il aurait créé la ville de Ninive (la véritable babylone) 500 ans après le déluge.

LA FAVORITE D'ANU

La Prostituée de Babylone

La dénomination « voile islamique » suggère explicitement que le port du voile est une prescription de la religion musulmane, alors que, d’une part, il ne semble pas s’imposer dans toutes les communautés musulmanes, et que, d’autre part, il a existé et il existe encore dans des communautés non musulmanes. Le voile féminin a une longue histoire qui date de plusieurs millénaires avant l’Islam.

La première preuve textuelle du port du voile vient de la Mésopotamie, où le culte de la déesse Ishtar était associé avec la prostitution sacrée. ISHTAR est représentée voilée. Dans un hymne, l’Exaltation d’INANNA (nom sumérien donné à Ishtar), écrit vers 2300 avant J.C. par le grand prêtre du dieu de la Lune à Ur, cette déesse est appelée hiérodule (prostituée sacrée) d’An, An (ou Anu) étant le plus ancien dieu des Sumériens.

Le premier document légal qui mentionne les prostituées sacrées, ou hiérodules, est le Code d’Hammourabi, qui date de 1730 av. J.-C. Le code mentionne les fonctionnaires du culte. À Sumer, la hiérodule à la tête des servantes du culte, est appelée l’épouse ou la sœur du dieu. Elle avait sa maison attitrée et elle était protégée contre les atteintes aux mœurs de la même manière que les femmes mariées, en se couvrant d’un voile.

Par la prostitution sacrée, la puissance de la fertilité de la déesse est transférée au roi. Celui-ci était regardé en Mésopotamie comme garant de la fertilité du pays et de son peuple, et en général de la prospérité et du bien-être du royaume. Chaque année au nouvel an, le souverain était tenu « d’épouser » l’une des prêtresses d’Inanna, afin d’assurer la fertilité des terres et la fécondité des femelles.

Chez les anciens sémites, ancêtres des Cananéens, des Phéniciens, des Hébreux et des Arabes, des milliers d’années avant l’Islam, on avait déjà imposé le voile aux femmes pour se couvrir les cheveux. En effet, les anciens sémites considéraient la chevelure de la femme comme le reflet de la toison du pubis, c'est aussi l'origine du voile de l'islam, qui n'est donc absolument pas arabe mais Babylonien !

Les mythes qui ont construit nos sociétés, et notamment ceux du pays de Sumer, les plus anciens décryptés à ce jour, montrent comment la culture patriarcale s’est imposée (à partir des environs de - 2800 avant JC) en combattant puis en effaçant le culte immémorial de la Déesse Mère.

C’est le cas notamment de l’EPOPEE DE GILGAMESH (-2800 avant notre ère), un mythe largement inspiré par l'Egypte dont plusieurs parties seront utilisées plus tard chez differentes peuplades du croissant fertile. Chez les Mésopotamiens, GILGAMESH est l’un des premiers héros qui va ensevelir la culture de la Déesse car il amène les valeurs de l’homme conquérant, c’est à dire guerrier.

L'IMAGE DE LILITH

La Femme Esclave Malheureuse et Tourmentée

LILITH serait rousse, sombre de teint, aux yeux noirs ou brun foncé (Ève serait châtain ou blonde). Moralement comme psychiquement, elle fonctionne alternativement comme image du démon sexuel et comme femme fatale, stérile, là où EVE est davantage vue comme la femme docile à l’homme, aussi idéale que génitrice. Il y a plusieurs représentations d' ISHTAR-VENUS, l'étoile à 8 branches formée à partir de deux CARRES est un symbole de la déesse comme la couronne à 7 pointes représentant la bête à 7 têtes de l'Apocalypse.

LILITH n’était pas qu’une femme, c’était aussi " celle qui savait ", surnom qui lui fut donné par BELIAL à cause de sa grande intelligence.

En tant que femme supplantée ou abandonnée, au bénéfice d’une autre femme, Lilith représente les haines familiales, la dissension des couples et l’inimitié des enfants. Dévorée elle-même par la jalousie, elle tue les nouveau-nés allant jusqu’à les dévorer, s’enivrant de leur sang. Si la garde des mères est trop vigilante, LILITH déterre leurs cadavres, les vidant de leurs entrailles, ne laissant que quelques fétus de paille.

On peut donc représenter LILITH sous diverses aspects de la femme : Possédés, nymphomane, homosexuelle, tentatrice, voleuse, assassine, prostituée, sexualité débridée, détournée de la procréation, sexualité illicite, morbidité liée à la sexualité, femme libre, égale de l’homme, la rivalité entre femmes, la jalouse etc..


Psychologiquement, LILITH est avant tout un puissant symbole de la GNOSE et de la connaissance, qui justement est aussi une image de la tentation sexuelle de la femme écarlate et la tentation. Dans une lectures psychanalytiques, le caractère nocturne de LILITH confronte au thème du regard interdit ou dangereux et à la scène primitive, l’équivalent fantasmatique chez l’enfant de la réalité du coït parental. L’obscurité vient réactiver les perceptions incomprises que le jeune ou très jeune enfant a pu avoir du rapprochement sexuel de ses parents, qui se faisait plutôt la nuit.

Des millions de femmes à travers le monde notament dans les mouvements lesbiens, les sorcières de la WICCA et les adeptes du Nouvel Age vénèrent la LICORNE, souvent sans comprendre vraiment la signification du symbole, un détournement. Elle deviendra LILITH avec son pouvoir de transformation physique et mentale, la reine des SUCUBES et finalement la LICORNE moderne, c'est une falsification de la VIERGE de l'origine proche de la déesse SELKIS des Egyptiens.

Symboliquement, la Marie est détrônée par la prostituée (Marie-Madeleine). Avec sa double personnalité, elle est la LUMIERE et les TENEBRES. Désormais dans le nouveau culte, la femme peut aider vers l'or philosophal qui annonce la LUMIERE, et avec sa magie soigner et sauver les âmes quand elle est une BICHE, l'animal sacré de NEITH l'égyptienne.

C'est ainsi que le FEMININ SACRE dévoile en réalité la PROSTITUTION de la femme, sa mise en cage psychologique et sa collaboration avec le Temple largement pédophile. Chez les sémites, les sacrifices à BAAL vont donner à l'élite dégénérée les enfants, c'est l'organisation d'un vol de ce qu'ils ne pouvaient pas obtenir par un autre moyen..

Si LILITH est tourmentée, elle a aussi besoin d'Amour. Dans son côté obscur, la démone a soif de pouvoir, son apparition trompeuse la transforme en une belle femme avec un désir de dominer les hommes et d'effrayer les enfants. Les sorcières utilisent ses « pouvoirs » pour la guérison. LILITH porte parfois un SERPENT et menace ceux qui refusent de lui obéir avec des punitions horribles. L'entité LILITH est la REINE de notre système basé sur l'argent, avatar de CASSIOPEE en reine du ciel, c'est la grande prostituée de BABYLONE, celle qui éclaire le monde de sa LUMIERE depuis les enfers puisque astrologiquement elle est placée aux enfers.

Elle est aussi ATHENA et la PERSEPHONE (Proserpine), la Déesse du monde souterrain (les Enfers) de la mythologie grecque, associée au retour de la végétation du printemps, notamment dans les Mystères d'Éleusis. C'est la STATUE DE LA LIBERTE alias la LIBERTAS des Romains, reine des enfers et des Esclave de ce monde, le notre. Comme le fils avatar de HORUS l'Egyptien est un esclave du maître après la victoire de SETH sur l'humanité, PERSEPHONE chez Hadès va servir de l'eau dans la coupe, un rôle réservé aux esclaves.

Dans sa portée métaphysique, inhérente au mythe avec le mystère de la mort (le grain enseveli meurt), le mythe du retour sur terre de PERSEPHONE offre aussi aux fidèles une promesse formelle de leur propre résurrection. Or, cette signification métaphysique est inséparable de la signification morale, dans la mesure où Hadès, frère de Zeus, est le juge des morts. Ce jugement des morts n'aurait aucun sens si la vie humaine se résumait uniquement à se nourrir de pain terrestre ; il en prend un au contraire si la vie humaine consiste à ne pas exalter de manière insensée le besoin matériel. Le blé mystique de la VIERGE a été transformé en blé matériel.

Voir : Statue de la Liberté

LA KABBALE

Dans la KABBALE, elle n’est que l’appellation générique d’une classe de démons femelles venant des enfers et de la poussière. C’est dans l’Alphabet de Ben Sira que se trouve expliqué le destin de LILITH : elle est tirée de la même terre qu’Adam (Adam-Kadmon dans l'alphabet) et se considère comme son égale. Elle refuse de se tenir sous lui quand ils font l’amour, ce qui provoque une dispute.

LILITH invoque alors le nom de l’Éternel, des ailes lui poussent, et elle abandonne ADAM et l’ÉDEN. Devant les plaintes de l'homme, Dieu envoie trois anges convaincre LILITH, qui s'obstine. Elle est donc celle qui dit non à la fois à la position que lui propose l’homme dans leur couple et à la tentative de réconciliation de Dieu lui ordonnant de se plier au désir de l’homme.

Pour la punir, Dieu la condamne à voir tous ses enfants mourir à la naissance. Désespérée, elle décide de se suicider. Les anges lui donnent le pouvoir de tuer les enfants des hommes (jusqu’à la circoncision, au huitième jour pour les garçons, et jusqu’au vingtième jour pour les filles). Elle rencontre ensuite le démon SAMAËL, l’épouse et s’installe avec lui dans la vallée de Jehanum, où il prend le nom d’ADAM-BELIAL.

Pour se venger, LILITH devient le serpent qui provoque la Chute d’ÈVE, et incite CAÏN à tuer ABEL. Comme ses enfants s’entretuent, ADAM refuse de coucher avec ÈVE, ce qui permet à LILITH d’enfanter des nuées de démons (avec le sperme d’Adam qui tombe à terre) pendant cent trente ans. Plus tard, dans le Livnat ha Sappir, Joseph Angelino identifie LILITH à la REINE DE SABA, dans son rôle de tentatrice ; toujours selon ce livre, l’une des deux prostituées qui se disputent un enfant devant SALOMON serait également LILITH.

LE TALMUD ET LE ZOHAR

Dans la Tradition juive, LILITH, punie par la stérilité, pousse SATAN, déguisé en SERPENT, à pervertir ÈVE en la possédant charnellement. De cette union, naît le premier être humain ombiliqué (doté d’un nombril contrairement à ses divers parents) : CAÏN qui commet le premier meurtre sur Terre, en tuant ABEL, son propre frère.

Ainsi, LILITH, est quadruplement vengée : à travers l’homme trahi (Adam), à travers la mère bafouée et trompée, à travers l’enfant perverti devenu assassin (Caïn) et quatrièmement par l’enfant tué. Bien au-delà de la vengeance, LILITH peut jouir du mal pour le mal. On peut donc assimiler LILITH à une forme féminine de SETH. Dans la démonologie des Midrachim et du ZOHAR (Le Livre des splendeurs), il y a deux LILITH, la petite et la grande.

La « grande » est l’épouse de SAMAËL; c’est la femme de la dépravation. Les Geonim expliquent qu’elle contrôle 480 légions, ce qui correspond à la valeur numérique de son nom. Pour avoir, malgré tout, sauvé quelques enfants (dont le fils du roi Nabuchodonosor), elle est autorisée à remonter sur Terre à l’approche du crépuscule.

La « petite » est l’épouse d’ASMODEE, prince des Enfers où LILITH règne en toute majesté, avec les trois autres reines des démons : IGRAT, MAHALAH et NAHEMAH et toutes leurs cohortes qui donnent naissance à des enfants par légions.

ASTARTE ET LE NID D'AIGLE

La société secrète ELELWEISS était une loge féminine païenne pratiquant les rites odiniques dirigée par une prêtresse païenne mariée à un haut dignitaire du régime, elle serait l'épouse de Göring ou EVA BRAUN la compagne de Hitler, mais rien ne prouve cela. La Loge serait aussi active au Kehlsteinhaus, le nid d'aigle où le Fürer recevait les dignitaires importants de la journée, c'est souvent dans les vieilles photos en noir et blanc et des films que nous voyons Hitler et sa future épouse marchant le long de la terrasse extérieure.

Déesse sémitique Astarté - Quadesh - Lilith
entourée par les Boucs
Bouquetins et Edelweiss à l'entrée du
Kehlseteinhaus dans les Alpes

Il y a très peu de documents sur cette société secrète qui cacherait d'autres sociétés en Europe, c'est une loge maçonnique. On sait que la Société Edelweiss dont l'emblème était la croix gammée, avait de nombreux pays. Cette société n'a rien à voir avec les Pirates Edelweiss (Edelweisspiraten), un mouvement de la résistance allemande contre le nazisme.

Goering vient de cette société, puis il passa tout naturellement à la Société de Thulé. Il n'était pas très porté sur l'occultisme, mais après les blessures reçues lors du putsch de novembre 1923, on lui donna de la morphine pour calmer ses douleurs et il prit goût à la drogue. Le juif Rosenberg était aussi à Thulé dont il devint l'un des maîtres à penser.

On sait que EVA BRAUN était juive, Hitler était peut-être juif. Il y a de nombreux dignitaires Nazis qui étaient des juifs. Mais comment le Reich peut prendre comme symbole LILITH la putain de babylone, une déesse sémitique ? Tout s'explique avec la sexualité et l'occultisme Nazi, il y a un fantastique écran de fumée (Atlantide, Arien, Ovni, etc..) Illuminati, la société Edelweiss était aussi un lupanar avec des orgies.

APOCALYPSE

La femme est est parée d’or, de pierres précieuses et de perles, elle est vêtue de pourpre et d’écarlate, une couleur réservée aux vêtements de l’empereur, c'est un symbole de luxure. Elle tient dans sa main une coupe d’or pleine d’abominations ou un miroir dans lequel elle se contemple tout en coiffant sa longue chevelure. C'est la Prostituée de la Grande Babylone la mère des prostituées et des abominations de la terre.

Dans certaines versions, elle est assise sur la bête à 7 têtes et tient à la main une coupe d’or d’où sortent en rampant deux petits serpents noirs, c'est la « une coupe pleine d’abominations et les souillures de sa prostitution ». Elle est très belle, assise au bord de la mer sur quatre marches de marbre, qui évoquent le monde et le quatrième soleil de la Matrice.

LA LUNE NOIRE ET LA LUNE ROUSSE

La lune et son cycle d'environ 29 jour est un symbole féminin lié au menstruations de la femme et à la fertilité en relation avec l'eau. Mais il existe des entités avec des hommes lunaires. En astrologie la LUNE NOIRE n’était nullement le deuxième foyer de l’orbite lunaire, puisqu’ils ignoraient que les astres avaient des trajectoires elliptiques. Pour eux, c’était le deuxième satellite invisible de la Terre, exactement opposé à la vraie LUNE à jamais invisible et chargé de toutes sortes de mystères. Ce deuxième satellite mythique, nouveau point fictif auquel des astrologues imaginatifs attribuent un diamètre quatre fois plus petit que celui de la LUNE, sera plus tard été baptisé du nom de LILITH. Depuis, nous savons avec certitude que LILITH en tant que LUNE NOIRE n’existe pas !

La LUNE NOIRE est au monde l'esprit car LILITH n'est absolument pas la LUNE, c'est un point déterminé par le calcul mathématique, la LUNE met 9,3 ans à faire le tour du ZODIAQUE pendant que les noeuds lunaires S'INVERSE ! Ce n’est donc pas un corps céleste ; la LUNE NOIRE n’a pas d’existence matérielle, le NOIR est le symbole de la fertilité lié au LIMON du Nil en Egypte et n'a strictement rien à voir avec la LUNE ou ses phases, et encore moins avec sa face cachée qui est une image du côté sombre de la femme. Par contre la LUNE ROUSSE durant les éclipses de LUNE existe bien, elle est également un symbole de la prostitruée.

Ce point lunaire est fictif, il représente le deuxième foyer de l’orbite lunaire, un point astrologique qui en fait n’en est pas un, le foyer inoccupé de l’orbite de la LUNE autour de la TERRE qui définit le rapport énergétique entre la lune et la terre. L’orbite de la LUNE n’étant pas circulaire, mais elliptique !

Contrairement à un cercle qui n’en a qu’un, une ellipse a deux foyers se situant à égale distance de part et d’autre du centre de l’ellipse. Dans sa course autour de la TERRE, la Lune passe par deux points extrêmes de son orbite : le périgée quand la LUNE est alors au plus proche de la TERRE et l’apogée quand la LUNE est alors au plus loin.

C’est le second foyer de l’orbite lunaire que l’on appelle LUNE NOIRE. On peut projeter ce point astronomique vide sur le plan de l’écliptique (cercle zodiacal) ; on obtient ainsi les positions zodiacales de l’apogée lunaire qui détermine le Signe de la LLUNE NOIRE, et du périgée lunaire, qui détermine le Signe de la Queue de la LUNE NOIRE.

La LUNE NOIRE met 9,3 ans ans à faire le tour du ZODIAQUE pendant que les noeuds lunaires S'INVERSE sur une période d’environ 18,6 ans ! Contrairement à la LUNE NOIRE, les Nœuds lunaires font partie de la tradition astrologique. Ils sont particulièrement importants dans l’astrologie indienne et tibétaine (Râhu et Ketu).

Les noeuds s’inversent à mi-parcours et reviennent donc à leur position initiale au bout de 9,3 ans. Ils servent à déterminer les moments des éclipses soli-lunaires. Pour l’astro-symbolisme classique, le Nœud Nord est un principe d’"expansion, rayonnant, actif, positif", tandis que le Nœud Sud est un principe de "contraction, absorbant, féminin, passif, négatif". Ainsi, la LUNE NOIRE représente, un "karma", elle révèle ce qu'il y a de caché, d'obscur.

LILITH, n’a donc strictement rien à voir avec l’astrologie traditionnelle et comme nous savons avec certitude que LILITH n’existe pas, l’astrologue Jean Billon a décidé que la "vraie" LILITH n’était ni un satellite imaginaire de la Terre, ni le deuxième foyer de l’orbite lunaire, mais dorénavant un astéroïde appartenant à la ceinture d’astricules en orbite entre Mars et Jupiter !

De plus, le mythe hébraïque n'a rien à voir avec le deuxième foyer de l’orbite lunaire car le judaïsme considère l'astrologie comme une idolâtrie. LILITH fait donc bien partie de la longue tradition de mélanges de plusieurs mythes cosmologiques dont la source (la matrice) est en Sumérie.


LUNE NOIRE & SOLEIL NOIR

Symbole de la GNOSE, la LUNE NOIRE est un puissant symbole du psyché masculin comme féminin, révélant les côtes les plus obscurs de notre nature, elle symbolise les leçons de l’existence, l’apprentissage de tous les détachements nécessaires pour aller vers son essence, son soi véritable, et se rattache au difficile processus d’individuation.

il ne faut pas négliger que la Lune Noire forme avec le Soleil Noir un système quadripolaire. Si bien qu’il y a à la fois une dialectique entre SOLEIL NOIR et LUNE NOIRE, mais aussi une dialectique interne entre la tête et la queue de chacun d’eux. Mais on peut inverser les quatre pôles et trouver dans la LUNE qui change : tout ce qui ne change pas : c’est la LUNE BLANCHE du SOLEIL NOIR, comme il y a le SOLEIL NOIR de la LUNE BLANCHE.

Le SOLEIL NOIR est en quelque sorte l’antithèse de la LUNE NOIRE. Non qu’il soit opposé mais il représente un parallèle de révélation face au mystère de l’être LUNE NOIRE. La verticalité de la LUNE NOIRE entre son apogée (Nord) et son périgée (Sud), et une horizontalité du SOLEIL NOIR entre son périgée (Ouest) et son apogée (Est). Si la LUNE NOIRE tient plus des éléments planétaires et est donc une lutte de dépendance, d’anarchie libérale, le SOLEIL NOIR tient plus de la LUNE (la vraie) et donc d’une participation, d’une jubilation de fusion du concept de créativité.

La LUNE NOIRE est une recherche de liberté, le SOLEIL NOIR est une exécution de cette liberté. Ainsi, la LUNE NOIRE est le bourreau alors que SOLEIL NOIR est le supplicié, il y a donc un coté sacrifice chez ce dernier. La LUNE NOIRE c’est la déduction, le SOLEIL NOIR l’illumination. Avec la LUNE NOIRE on s’oppose, avec SOLEIL NOIR on se fond. La LUNE NOIRE est distance, le SOLEIL NOIR est participation qui est charité et compassion. La LUNE NOIRE c’est l’insensibilité, le SOLEIL NOIR l’hypersensibilité. LUNE NOIRE, le Scepticisme, le SOLEIL NOIR, le fanatisme.

La LUNE NOIRE prend la tournure de l’ascète, alors que le SOLEIL NOIR c’est l’extrême désir d’exister. Avec la LUNE NOIRE on prend des rendez-vous, avec Soleil noir on fait des rencontres. Avec la LUNE NOIRE ce sont les miroirs, avec le SOLEIL NOIR les kaléidoscopes. La LUNE NOIRE est le pouvoir de structuration, alors que le SOLEIL NOIR c’est le pouvoir d’imagination. La LUNE NOIRE organise les voyages planifiés, précis, le SOLEIL NOIR les vit de manière spontanée, c’est l’aventure.

Il est évident que nombre d’autres analogies peuvent être posées. Celles-ci sont les plus caractéristiques, par exemple dans le domaine sexologique :

Il y a un rapport astrologique très étroit entre les règles de la femme et la LUNE NOIRE. La LUNE NOIRE est l’ovule quand le SOLEIL NOIR (Dionysos) est le sperme. La LUNE NOIRE qui est la cime a comme complémentarité l’avalanche et l’ovule non fécondé va donner les règles, alors que le SOLEIL NOIR qui est l’abondance et a comme complémentarité la réduction, va donner la multitude des spermatozoïdes du sperme d’où n’émergera qu’un spermatozoïde unique qui ira féconder l’ovule. Etc..
https://nsm07.casimages.com/img/2017/12/29//17122911490621722115429809.jpg


Dernière édition par Panax le Sam Sep 08, 2018 2:11 am, édité 2 fois
avatar
Admin
Messages : 33
Date d'inscription : 25/12/2017
Age : 34
Localisation : Quebec
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.tagtele.com/chaine/Panax/

Re: (D) Contradictions De La Bible/Religion Secrets de bases

le Ven Juin 01, 2018 7:24 pm
Ce qui est en haut comme ce qui est en bas
Ce qui est en bas comme ce qui est en haut
That which is above is the same as that which is below
And That which is below is the same as that which is above
Le secret mason est de batir comme le paradis...
C'est tout blanc en haut...

https://www.dailymotion.com/video/x6kn942
La Maison Blanche est une TRES bonne exemple d'architecture...

https://youtu.be/XOBztB6J3lI?t=24m15s
https://youtu.be/XOBztB6J3lI?t=32m23s
Ca représente la voûte des cieux...
C'est un secret mason et grace a ca des églises on vu le jours...

https://youtu.be/O3ufzGxfW6Y?t=6m59s


Ca représente la porte du paradis (Ton coin de paradis en enfer...)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Temple_ma%C3%A7onnique_de_Montr%C3%A9al



Pourquois tu pense que les italiens mettent 2 lions en sculture en face de leurs maison ?
A Moitié payé il y a un lion et quand est payé il y a 2 lions...
C'est simple une fois payé c'est ton coin de paradis en enfer...
Les 2 lions sont les gardiens de la porte du paradis et aussi la plus part du temps il y a une voute






Dimanche 3 juin...
Un mec perd la tête dans la cathédrale de berlin et il se fais blessé pas la police...
Je regarde l'entré....
Il y a une voûte qui représente la voute des cieux et deux colones comme a l'entré du temple de salomon!

C'est comme le temple d'isis (Astaroth) Les colones a l'entré des escaliers et l'escaliers
Ca Représente le féminin sacré

En plus 2 lions comme les deux lions qui garde la porte du paradis..


https://nsm09.casimages.com/img/2018/06/03//18060307194721722115744004.jpg
https://nsm09.casimages.com/img/2018/06/03//18060307413621722115744201.jpg
avatar
Admin
Messages : 33
Date d'inscription : 25/12/2017
Age : 34
Localisation : Quebec
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.tagtele.com/chaine/Panax/

La Lance De Longinus,Le Sain Graal,L'arche D'Alliance

le Dim Juin 03, 2018 2:19 pm
La Lance de longinus... ''La Sainte lance''
https://fr.wikipedia.org/wiki/Sainte_Lance

https://nsm09.casimages.com/img/2018/06/03//18060309253621722115744543.jpg
Si hitler parrais souvent en occultisme c'est parceque cétais un maniaque d'occultisme Ignore ca apart l'histoire.
La Vrais Lance volé par Hitler juste avant la deusième guerre mondiale (Elle est a Area 51)
Ses Photos la ca fais des années que je les ai et je l'ai ai trouvé par PUR hazard sur le net et ellent on disparut!
Le fil d'argent est la seule pièce qui n'est pas autentique!




Fausse Lance de longinus A Vienne
Seul le fil de fer est autentique!

A 14:59 Occultisme et la lance et a 20 minutes ''Area 51''


Sain Graal l'armature en or n'est pas autentique mais la coupe en ONYX au millieux est autentique!

Et L'arche

Contenu sponsorisé

Re: (D) Contradictions De La Bible/Religion Secrets de bases

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum